Accueil * Ligue 1 (FRA) * Ligue 1 – 9ème j. | Les notes de Toulouse – Bordeaux...

Ligue 1 – 9ème j. | Les notes de Toulouse – Bordeaux (1-3)

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Homme du match : De Préville (8,5) : Quelle prestation de l’attaquant girondins. Buteur dès la première minute sur une frappe contrée qui trompe Reynet, il offre une galette à Pablo pour le but du break. C’est aussi lui qui a faille se faire justice à la suite d’un coup-franc qui est venu échouer sur la transversale. Impressionnant dans les efforts, il a été partout le front de l’attaque. Dans tous les bons coups de son équipe, les défenseurs toulousains n’ont pas été capable de le saisir. En pleine réussite, il la réussi tout ce qu’il a tenté. Remplacé par Basic (90′).

 

Toulouse FC

Reynet (3) : Auteur de deux arrêts alors que son équipe étai déjà menée 2-0, le gardien toulousain n’a rien pu faire pour empêcher la débâcle de son équipé. D’abord pris sur une frappe contrée, puis abandonné par sa défense et enfin surpris par une frappe somptueuse, il n’a pas non plus été toujours bien placé à l’image du coup franc qui s’est écrasé sur sa barre.

Moreira (4) : S’il a sauvé sa piètre prestation défensive par quelques montées en seconde période, c’est vraiment le strict minimum. Attentiste et sur le reculoir à chaque débordement, il s’est montré totalement à l’envers dans ses interventions. Averti comme trois des quatre défenseurs.

Amian & Isimat-Mirin (4) : Tous deux fautifs sur le but de Pablo avec une erreur grossière de marquage, leur match est relativement similaire. Tous les deux ont globalement bien défendu sur Briand mais ont manqué d’agressivité sur les joueurs offensifs adverses dans l’axe. En offrant la possibilité à Hwang et De Préville de frapper, ils ont concédé deux buts. Alors, c’est vrai que les milieux défensifs et les ailiers les ont totalement abandonné mais ce n’était pas la seule raison.

Sylla (2,5) : Il cherche sûrement encore De Préville sur la pelouse. Même si les récupérateurs et surtout Sangaré n’ont pas été d’une grande aide (sans oublier Gradel), il a été dépassé par les événements. Sans solution et pris par les déplacements de l’ailier bordelais, il n’a pas su quoi faire. Rester sur son aile ou dézoner pour suivre son vis-à-vis ? Finalement aucun des deux.

Vainqueur (4) : Il est le seul à avoir tenté de répondre à l’impact dans les duels, mais bien loin d’être dans le rythme, il a perdu plusieurs ballons dangereux. Son avertissement aurait pu se transformer en exclusion si l’arbitre en avait décidé autrement. Incapable d’aider son équipe à mettre le pied sur le ballon, c’est une soirée à oublier. Remplacé par Dossevi (79′).

Sangare (3,5) : Inexistant comme ses coéquipiers, il n’a pas été au niveau du match et de l’équipe adverse. Trop tendre, trop prévisible, mais surtout incapable de faire les bons choix et d’aider son équipe à calmer le jeu, il est le premier fautif de cette domination du milieu adverse. Inefficace dans son travail défensif, De Préville s’est joué de lui toute la soirée. Il n’a pas su élever son niveau, encore une partie décevante.

Makengo (3) : Pourtant intéressant depuis le début de saison, le joueur prêté par l’OGCN a connu une première période sans. Dominé dans les duels et dans l’envie, il n’a absolument rien montré de positif. Logiquement remplacé par Sanogo (46′).

Gradel (4) : Incapable de conserver le moindre ballon sur les relances en première période, il a insisté sur son aile alors qu’il est tombé face à un mur. C’est finalement après le retour des vestiaires qu’il est parvenu à faire des différences, lorsque son équipe était menée 3-0…

Saïd (4) : Incapable de faire autre chose que de créer des actions par lui-même et de surtout les terminer lui-même, il oublie trop souvent ses partenaires malgré des percées bien senties. Trop peu d’efforts défensifs dans le premier acte.

Koulouris (6) : Il est le seul à avoir surnagé dans cette triste soirée en hommage à Brice Taton. À l’instar de l’éclair pour réduire l’écart ou du retourné tenté devant Koscielny, le Grec est inspiré, adroit et bien trop bon pour cette équipe. Il a pesé sur la défense et la qualité de ses déplacements après son repositionnement suite à l’entrée de Sanogo a montré une nouvelle voie à explorer. Remplacé par Leya Iseka (88′).

 

 

Girondins de Bordeaux 

Costil (5,5) : En dehors du but encaissé sur lequel il ne peut pas grand chose, si ce n’est un manque d’anticipation peut-être, Benoît Costil a sauvé des ballons sur sa ligne après le réveil toulousain, mais que très rarement dangereux il n’a pas eu à se surpasser.

Kamano (6) : Très offensif dans cette défense à 3 ou 5 en fonction de la lecture du système, Kamano nous a laissé penser qu’il était un vrai second ailier dans cette partie. Plus en difficulté lorsqu’il a fallu défendre en seconde période, il était prêt à lancer les contres de son équipe comme il a pu le faire en première mi-temps en apportant le surnombre à chaque fois. Remplacé par Adli (71′).

Mexer (5,5) : Dès que les toulousains se sont réveillés, il a commencé à souffrir surtout face à Gradel. Sans solutions pour stopper le capitaine toulousain, il a tenté de repousser les ballons tant bien que mal de sa surface en concédant quelques corners.

Koscielny (5,5) : Il a sorti le bicyclette de Koulouris qui semblait bien partir, il a repoussé plusieurs centres dangereux dans les airs. Toujours bien placé dans sa surface, c’est lui qui montre l’exemple à ses compères de l’axe. Pourtant c’est bien lui qui n’a pas attaqué un Koulouris bien libre de pouvoir frapper de loin.

Pablo (5) : Auteur du second but bordelais, il a profité d’un superbe ballon de De Préville pour conclure d’un plat du pied imparable. Mais défensivement, il a connu plus de soucis, même si relatifs vu le score. Pas toujours capable de marquer Koulouris il n’est pas monté sur le porteur de balle à l’image des retours vers l’axe de Saïd.

Benito (4,5) : Plus en retrait que Kamano de l’autre côté, il est resté plus dans sa moitié de terrain que dans celle des violets. Il aurait pu se montrer plus audacieux en première période tant son équipe avait le contrôle du jeu. Mais il n’a pas non plus excellé défensivement ace aux débordements de Dossevi et Saïd qui ont eu pas mal de liberté malgré le score large.

Tchouaméni (6,5) : Les milieux bordelais ont effectué un gros travail. Mais les deux récupérateurs ont été impressionnants dans cette soirée 100% bordelaise. D’abord dans l’impact, ils ont dominé tous les duels et récupéré bon nombre de ballon face à un milieu adverse apathique. Mais Tchouaméni a surtout excellé dans la relance avec des passes de qualité face au pressing adverse inefficace. Remplacé par Aït-Bennasser (76′).

Otavio (6) : Peut-être moins précis que Tchouaméni dans la relance, c’est à la récupération qu’il a marché sur l’eau. Parfait dans le tempo, il a anticipé tout ce que ses adversaires ont fait dans l’entre-jeu. En coupant les lignes de passe, il a sevré le jeu de passe courte et rapide des milieux de Toulouse.

Hwang (8) : Intenable dans les espaces offerts par les toulousains, il a puni les locaux autant qu’il a pu. Très altruiste, il a parfaitement trouvé ses partenaires pour créer les décalages. Mais c’est finalement lui, seul, qui s’est offert un superbe but bien mérité. Lui qui a mis le feu à la défense du TFC à chacun de ses ballons s’est offert une belle récompense.

De Préville (8,5) : Voir ci-dessus.

Briand (5,5) : Sur le front de l’attaque, il est peut-être celui qui a le moins joué son rôle. Mais ses coéquipiers ont été tellement forts qu’il n’a pas eu besoin de se montrer outre mesure. Ses quelques appels ont amené la défense afin de libérer des espaces pour les frappes de Hwang et De Préville notamment.

 

Benoît Castéla 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Loading...