Ligue 1 – 34ème j. | Les notes de Guingamp – Monaco (3-1)

- Tour d'horizon du football sur Twitter - Continuez vers le bas pour l'article -

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Homme du match : Grenier (8) : Match d’exception du milieu international français. Il a rapidement fait du milieu de terrain sa chasse gardée et il a mis au pas la défense monégasque. De part sa qualité technique, tous les ballons lui sont parvenus et il en a fait bonne usage. Décalages, lignes cassées, coups de pied arrêtés millimétrés, il a régalé par la très grande justesse de son jeu. Il a d’ailleurs offert un caviar à Didot (34′) pour une reprise de volée somptueuse. Coco le remplace (86′) lui permettant de bénéficier d’une standing-ovation bien méritée.

Guingamp (4-2-3-1)

Johnsson (6) : Il a du s’ennuyer, le pauvre ! Peu de ballons à détourner ou à capter tant l’opposition princière fut muselée. Il a quand même encaisser un but, bien lobé par Touré (63′), et on peut noter quelques imprécisions dans ses relances au pied.

Ikoko (5) : Loin d’être le guingampais le plus en vue. Il a été maladroit techniquement et a ralenti la bonne machine bretonne par ses passes et ses contrôles hasardeux. Défensivement, il fut assez laxiste dans le placement et dans le marquage, ce qui a eu pour effet de remettre quelque peu Monaco en selle.

Sorbon (6) : Assez peu de travail pour lui, tant ses rencontres avec les attaquants adverses furent bien trop rares. On peut quand même lui reprocher son manque de réaction manifeste sur le but monégasque où il ne fut pas très alerte.

Kerbrat (6,5) : Il ne fut pas facile de le noter tant il n’a pas eu grand chose à faire. Mais, tout ce qu’il a entrepris le fut d’une manière propre et réfléchie, ce qui a apaisé son équipe et l’a encouragé à continuer les efforts offensifs.

Martins Pereira (7,5) : Infatigable ! Le latéral de Guingamp a tout renversé sur son passage ! Offensivement comme défensivement, sa prestation est aboutie. Face à Jorge, il s’est régalé et a offert de nombreuses possibilités à ses coéquipiers par ses courses et ses centres. Il n’a pas hésité à tenter sa chance au but et, sans un Sy attentif, cela aurait pu porter ses fruits. Défensivement, il a fait les efforts pour contrecarrer les rares signes de rébellion des attaquants de Monaco.

Grenier (8) : Voir ci-dessus.

Didot (7) : Qu’est-ce qu’il fut précieux dans l’entrejeu ! Les monégasques peuvent en témoigner ! Il a harcelé le porteur du ballon et a récupéré un nombre impressionnant de ballons, très haut dans la moitié de terrain adverse. Il a toujours offert une solution comme point d’encrage pour assurer la liaison sur les reconversions offensives. Il a inscrit un bijou (34′) en reprenant un corner de Grenier d’une reprise pleine de spontanéité. Phiri l’a remplacé (79′).

Briand (6) : Il a inscrit un but sur pénalty (21′) qui a mis les siens sur la voie du succès. Il a joué dans le ton du match et son jeu collectif, notamment avec Grenier, fut irréprochable. Ce jeu collectif, si énergivore, l’aura empêché de mettre Sy à contribution plus souvent.

Blas (7) : Il fut lumineux et rayonnant dans le premier acte où il est entré dans la défense de Monaco comme dans un moulin. Il était partout, à gauche comme à droite, dans la surface comme dans le centre du terrain. Il lui aura manqué un peu de réussite pour concrétiser ses occasions. En deuxième mi-temps, son rendement a quelque peu baissé.

Benezet (7) : Insaisissable ! Il a donné le tournis à la défense de Monaco. Après une première demi-heure assez calme où il est monté progressivement en régime, il a pris les choses en main par ses courses, ses appels et ses débordements. Il a amené énormément de danger sur les buts de Sy et il a su faire jouer à merveille ses équipiers comme en témoigne le troisième but (47′) où il est passeur décisif. Un but n’aurait pas été usurpé mais Sy veillait au grain.

Thuram (7) : Almamy Touré l’aura dans ses cauchemars cette nuit ! Le jeune attaquant français s’est amusé sur le côté gauche où il a pris de vitesse son homologue de Monaco pendant une grande partie de la rencontre. Même Glik a eu du mal à contenir la fougue du jeune espoir qui a été récompensé d’un but (47′). Seul bémol pour lui, un petit manque de lucidité dans le jeu collectif et un peu de déchet dans la finition. Ngbakoto prend sa place (78′).

Monaco (4-2-3-1)

Sy (5,5) : Il a pris trois buts mais on ne peut pas le blâmer, loin de là : Un pénalty, une frappe venue de nulle part, seul le dernier but aurait pu être mieux négocié dans le placement. Il a réalisé une prestation exemplaire en l’absence de Subasic. Sans lui, Monaco aurait pu repartir de Bretagne avec le même tarif qu’au Parc des Princes, la semaine passée.

Jorge (3) : Où était Jorge ? En tout cas, il était rarement sur les basques de Martins Pereira qu’il a laissé tranquille dans ce match. Blague à part, le latéral portugais a affiché d’importantes lacunes : vitesse, marquage, relance. Rien que dans la passe, il y avait suffisamment de déchet technique pour alimenter une décharge municipale. Cède sa place à Serrano (81′).

Jemerson (non noté) : Exclu (21′) pour une main volontaire dans la surface qui a entraîné un pénalty.

N’Doram (4,5) : Il n’a pas forcément été rassurant mais, par rapport à ses autres coéquipiers, ce fut loin d’être le pire. Entrant dans le bain en cours de match, il a du prendre ses repères et cela s’est vu : défaut de placement sur le troisième but où il fut très passif, erreurs dans la relance et dans la passe. Il a contribué à compliquer quelque peu la vie des guingampais. Ces derniers ont eu moins de positions favorables dans la surface pour dégainer.

Glik (4,5) : Le capitaine n’a pas montré un visage des plus solides, mais ce fut quand même correct au regard de ses coéquipiers. Il a été souvent pris de vitesse par les feux follets bretons que furent Benezet, Thuram ou Blas. Il s’est distingué par son recul incessant face à l’adversaire, une certaine fébrilité voire de la passivité. Dans le second acte, ce fut meilleur, il fut plus difficile à éliminer grâce à son sang-froid et à une maîtrise un peu retrouvée.

Touré (3,5) : Il a marqué un but (63′) mais à part cela que ce fut dur ! Il a laissé des espaces dans son dos aussi vastes que l’avenue des Champs-Élysées. En deuxième mi-temps, il s’est fait débordé tellement de fois que cela en devenait risible. La fatigue n’explique pas tout ! Dans la surface, il a semblé perdu et incapable d’être un obstacle aux assauts bretons.

Fabinho (4,5) : Match médiocre mais au-dessus de ses partenaires du milieu. Il a été décevant dans la récupération et l’utilisation du ballon. Parfois, il a réussi, par ses courses, à faire monter le bloc monégasque dans la moitié de terrain bretonne mais ce fut trop irrégulier. Il a aussi fait preuve de nervosité dans ce match, il a trop souvent râlé et il a même récolté un avertissement (64′).

Tielemans (non noté) : Sorti (36′) remplacé par N’Doram.

Moutinho (3) : Que retenir d’une telle prestation de sa part ? Il a été aussi fantomatique offensivement que défensivement. Il explique, en grande partie, les difficultés qu’a eu Monaco a sortir de sa moitié de terrain dans les 45 premières minutes. Même dans la meilleure période monégasque, après l’heure de jeu, il n’a que très peu pesé.

Lemar (4) : Quelle déception pour le milieu français ! Beaucoup de courses à vide mais peu de danger créé. Il fut très discret tout au long de la rencontre. Sa conduite de balle et sa passe furent bien trop irrégulières pour menacer l’arrière-garde bretonne et c’est naturellement qu’il est passé à côté de son match. Seul sa passe décisive pour le but de Touré (63′) est à signaler.

Lopes (5) : Le seul milieu monégasque qui avait un niveau suffisant pour émerger dans la rencontre ! Cependant, on ne peut être pleinement satisfait de sa prestation tant il a proposé bien mieux cette saison. De part ses qualités techniques, il a permis à Monaco d’opposer un semblant de résistance dans la dernière demi-heure.

Diakhaby (3,5) : Match difficile pour le jeune attaquant monégasque qui a remplacé Falcao au pied levé. Il a réalisé une entame de match pleine de promesses mais il a vite disparu notamment à cause de l’effondrement de son équipe. Il a du s’adapter à l’infériorité numérique de Monaco en étant plus obnubilé par les tâches défensives qu’il a accompli non sans mal. Remplacé par Sylla (62′).

Mehdi Lunay

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.