Ligue 1 - 22ème j. | Les notes de Nantes - Monaco (1-2)

Homme du Match : Caio Henrique (7) : très présent haut sur son flanc, on ne compte pas le nombre de montées qu’il fait. Il est souvent servi dans une position qui lui permet de centrer ou de remiser dans le cœur du jeu proche de la surface. C’est alors sans surprise qu’il est décisif dans ce match, adressant une merveille de passe pour Volland, une louche qui trompe toute la défense nantaise et trouve son attaquant seul face à Lafont.

 

Nantes : 4-1-4-1

Lafont (5) : il encaisse deux buts à bout portant sur lesquels qui auraient nécessité des réflexes hors-normes. Dans la suite de la rencontre, il réalise deux bonnes sorties face à Tchouaméni puis face à Ben Yedder. Il empêche son équipe de prendre l’eau une nouvelle fois en se déployant de tout son long, au sol, pour effleurer juste ce qu’il faut la frappe de Tchouaméni qui prenait le chemin du petit filet mais s’est finalement heurtée au poteau.

Corchia (4) : jusqu’au premier but, il est bien en place sur son côté et les replis défensifs de Coco n’y sont pas étrangers. Il se montre sur les coups de pied arrêtés et notamment sur un coup franc direct qui manquait de puissance. Le match devient ensuite compliqué, avec des monégasques toujours en mouvement qui malmènent le bloc nantais, qui ne cherche pas à construire à la récupération.

Castelletto (3) : sa partition est parfois correcte, parfois moyenne et parfois un peu trop neutre pour un défenseur central. Il manque d'initiative dans ses interventions et se fait par conséquent souvent déborder par des adversaires plus prompts dans leurs prises de décisions. Une absence de volonté de jouer au ballon, qui est peut-être plutôt à imputer à son entraîneur.

Pallois (4) : il fait un bon match de capitaine en affichant une grande concentration qui lui permet de récupérer plusieurs ballons dangereux. Il montre ensuite une baisse de régime en se plaçant mal sur le premier but monégasque. Il perd un peu le contrôle de sa défense et va jusqu’à écoper d’un second carton jaune pour protestation, ce qui laisse ses partenaires à 10 à vingt minutes du coup de sifflet final.

Traoré (non noté) : il sort à la 34e, blessé, pour être remplacé par Appiah (3), ex-monégasque. Il fait une entrée correcte mais s’éteint assez rapidement pour laisser place à un manque de rigueur dans l’anticipation.

Girotto (6) : dans le néant footballistique proposé par Nantes pendant une grande partie du match, lui a pris ses responsabilités pour remplir son rôle de balayeur devant la défense. Souvent bien placé, il montre l’abnégation et le sens du jeu qu’il a sur plusieurs interventions qui coupent court à des mouvements collectifs adverses intéressants.

Touré (3) : il n’a pas su exister dans cette rencontre. Malmené par des adversaires techniques et bien plus rapides que lui, ses efforts dans les duels et pour gratter les ballons sont souvent vains. Blas prend sa place à la 62e.

Louza (3) : il tente un lob, de volée, qui surprend Lecomte mais atterrit sur le dessus des filets. Sorti de cette action, il n’a pas été influent dans le cœur du jeu et a manqué d’application sur ses passes, qui sont censées être un de ses points forts. Remplacé par Chirivella (62e).

Coco (4) : au niveau offensif, rien n’est à souligner car il n’a jamais réussi à se trouver dans une position intéressante. En revanche, on peut saluer sa rigueur défensive, qui participe à la bonne tenue du bloc nantais pendant une heure, ainsi que quelques situations sur lesquelles il parvient à conserver le ballon malgré un pressing intense de Monaco. Remplacé par Emond à la 62e. Le Belge s’illustre en marquant le but du 2-1 de la tête sur coup franc (83e).

Kolo Muani (2) : en première mi-temps, il fait beaucoup de choix individualistes présomptueux et discutables et perd quasiment tous ses ballons. Une deuxième période du même acabit. Un match à oublier et des leçons à tirer concernant le jeu en équipe.

Simon (4) : dans une équipe pas très joueuse avec le ballon, il fait une première mi-temps assez transparente, malgré ses jambes et son envie. Le second acte ne lui donne pas beaucoup plus d’opportunités de briller mais il aura au moins pesé dans les quelques un contre un qu’il a disputés. Le Nigérian sort au profit de Ndilu (87e).

 

Monaco : 4-4-2

Lecomte (5) : les canaris ne l’ont pas beaucoup inquiété. Il repousse bien une tête de Girotto en début de match, et ça s’arrête à peu près là. Il est battu en fin de match par Emond qui se présente

Sidibé (6) : il participe beaucoup au jeu dans une position de premier relanceur aux côtés des deux défenseurs centraux, mais pas seulement : sa passe décisive pour Maripan le montre.

Maripan (7) : défensivement, il est solide et intervient avec vigueur mais licitement. Il ouvre la marque pour Monaco à la 45e : à la suite d’un corner, le ballon est donné à Sidibé sur le côté droit. L’international français centre du pied gauche vers Maripan qui, lancé et laissé seul par une défense nantaise mal alignée, ajuste sa tête à bout-portant.

Badiashile (6) : le bloc-équipe haut de Monaco lui permet de tenter des passes tranchantes directement vers ses attaquants qui déstabilisent la formation nantaise. Défensivement, il fait le travail, encore une fois, face à un manque d’imagination et d’ambition assez incroyable des jaune-et-vert.

Caio Henrique (7) : voir commentaire ci-dessus.

Diatta (5) :  il a pesé sur son côté mais a été un peu en-deçà du niveau de jeu collectif affiché par ses partenaires et a eu du mal à réellement percer dans le couloir.  Golovine prend sa place à la 69e.

Fofana (6,5) : pas embêté par un milieu nantais objectivement moins fourni en qualité, il récupère beaucoup de ballons, est solide dans les duels et se trompe peu dans ses passes. Bon match, avec 89% de passes réussies. Luis le remplace à la 79e.

Tchouameni (6) : il aurait pu marquer à deux reprises : une fois si faute légère sur Louza n’avait pas été sifflée gentiment, puis une seconde fois face à Lafont avec une frappe vicieuse mais le gardien nantais s’interpose du bout des doigts pour faire ricocher la frappe sur le poteau et la faire passer devant la ligne de but.

Diop (7) : il a brillé grâce à sa qualité technique. Conduite de balle, orientation du corps, feintes, passes et même une frappe sèche en demi volée sur le poteau : pourtant pas décisif au tableau d’affichage, son match est remarquable de précision. Remplacé par Ballo-Touré (90e).

Volland (7) : très mobile comme Ben Yedder, il s’est attelé à effectuer de bons appels et à jouer en une ou deux touches de balle, de manière efficace. Il est récompensé par son but à la 60e, admirablement bien trouvé par Caio Henrique pour crucifier Lafont du pied gauche d’une reprise de volée de l’intérieur du pied. Remplacé par Pellegri à la 80e.

Ben Yedder (6,5) : un peu plus imprécis que ses partenaires au niveau de son jeu de passe, il reste néanmoins un danger permanent pour l’adversaire avec sa vision du jeu et sa faculté à se démarquer. Son petit numéro dans la surface pour mettre deux nantais dans le vent à coups de crochet bien sentis vont également dans le sens d’une qualité technique plutôt fine. Il marque aussi un but, justement refusé pour un hors-jeu de Volland qui avait bien servi l’attaquant monégasque dans la surface. Remplacé par Jovetic (69e).