Accueil * Ligue 1 (FRA) * Ligue 1 – 13ème j. | Les notes de Montpellier – Toulouse...

Ligue 1 – 13ème j. | Les notes de Montpellier – Toulouse (3-0)

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Homme du match : Delort (8) : Malgré un but logiquement refusé en première période, l’ancien toulousain a brillé. Il a surtout fait briller ses partenaires avec deux passes décisives. La première après un dribble splendide, la seconde suite à une remise pour Savanier. Il a multiplié les appels pendant toute la partie, amenant les attaquants toulousains sur de fausses pistes pour ouvrir les espaces. Capable de remiser parfaitement, il a offert d’innombrables bons ballons.

 

Montpellier HSC

Rulli (6) : Face à une équipe inoffensive, il n’a pas été mis en évidence sur sa ligne. Sur les rares coups de pied arrêtés, il a su se montrer autoritaire avec de bonnes sorties.

Souquet (7) : Ce serait une erreur de penser qu’il n’a pas eu de travail défensif à effectuer. Parfait dans son entente avec Hilton pour bloquer Gradel, l’attaquant ivoirien n’a pas eu la moindre occasion de provoquer sur son couloir, pour sûrement sa pire prestation de la saison. En plus de cela, il a eu un apport dans la moitié de terrain adverse considérable. Capable d’apporter le surnombre et de proposer des solutions, Sylla n’a pas su quoi faire. 

Congré (6) : Moins sollicité qu’Hilton, préposé au marquage de Sanogo, il n’a pas hésité à aider son latéral et à se muer en premier relanceur à plusieurs reprises. Plein de justesse, il n’en a jamais trop fait.

Hilton (6,5) : Tout simplement infranchissable, le défenseur axial de Montpellier n’a plus laissé le moindre espace à Sanogo après un premier ballon pris par le toulousain. Il ne l’a plus lâché du match et l’a étouffé.

Cozza (5) : Il n’a pas livré la moindre faille dans les duels aériens, renvoyant plusieurs longs ballons du TFC en première mi-temps. En revanche, Dossevi lui a cause des problèmes par ses prises de couloir après la pause. Ses relances parfois approximatives n’ont pas toujours été sans danger. 

Oyongo (5) : Peu sollicité dans son camp en première période, il a connu des difficultés lorsqu’il a fallu se mettre au diapason défensif après le retour des vestiaires. Il n’a pas été efficace quand il a fallu suppléer Cozza sur les débordements de Dossevi. Plus à l’aise dans l’apport offensif, il a eu de la réussite de tomber sur un faible Toulouse. 

Chotard (7,5) : Le gamin du MHSC a rendu une copie parfaite. Affichant une maturité folle à la récupération, il a été présent tout au long des 90 minutes dans l’entre-jeu. Il n’a pas connu la moindre baisse de régime et n’a cessé de harceler le porteur de balle à l’image de ce retour salvateur devant Boisgard en fin de match. Difficile de le nommer homme du match avec la prestation des offensifs mais il a été un des joueurs les plus impressionnants du match.

Le Tallec (6,5) : Auteur d’un but de la tête avec un timing parfait, il est finalement un des joueurs de Der Zakarian à avoir le moins pesé dans le jeu. Un peu dans l’ombre de Chotard devant la défense, il a pourtant lui aussi fait le boulot défensivement en se projetant vers l’avant quand il le fallait. Remplacé par Sambia (63’).

Savanier (8) : Quelle prestation de la part du meneur de jeu montpelliérain. Incroyable techniquement, il a réussi tout ce qu’il a tenté et fait des misères aux milieux adverses qui ne sont jamais parvenus à le saisir. Insaisissable justement, il a profité des parfaits appels de ses attaquants pour distribuer le jeu à merveille, ou prendre les espaces quand il le fallait à l’instar de sa superbe frappe qui termine au fond des filets. Sorti sous une ovation bien méritée, il est remplacé par Ristić (81’).

Delort (8) : Voir ci-dessus. 

Laborde (7,5) : Peut-être moins en vue que ses compères offensifs mais buteur, il a lui aussi largement sa place dans cette victoire. Venu couper un centre parfait de Delort, il ouvrait le score après 6 mois de disette. Il continuait à faire de bons appels, et s’il n’a pas toujours été servi il a eu le mérite de créer des brèches. Remplacé par Camara (86’).

 

Toulouse FC

Reynet (3,5) : Diminué par une douleur aux côtes sans doute bien avant le match, il n’a rien pu faire sur les deux premiers buts adverses. Abandonné par sa défense comme souvent, il a même été battu une troisième fois par un Delort hors-jeu dont le but a été annulé. Il ne peut que constater le but de Savanier pour clôturer le spectacle alors qu’il n’a pu que dévier le ballon.

Amian (3,5) : Tout comme Sylla, on peut se demander s’il a réalisé la moindre intervention défensive. Difficile de le descendre en flèche dans une telle prestation collective minable, il enchaîne un second match très compliqué après la réception de Lyon. 

Isimat-Mirin (4,5) : Après une première période particulièrement compliquée, il a tenté de prendre les devants en interceptant plus de passes afin d’éviter les duels et l’impact physique de Delort notamment.

Diarra (3,5) : Battu dans les airs sur le second but du MHSC, il a sauté pour la forme. Pas au niveau dans ce match, le jeune défenseur toulousain a souffert, dans les airs mais aussi dans les duels au sol. Face aux appels de Delort et Laborde, leurs remises et leur jeu dos au but, il n’a jamais trouvé la clé.

Sylla (3,5) : Incapable de gérer à lui seul les deux Souquet et Laborde ou Delort qui n’ont pas hésité à intervertir leurs positions, le latéral gauche du TFC a été dépassé pendant toute la partie. Son couloir était une autoroute pour les montpelliérains, tout comme celui de son compère de l’autre côté. 

Sangaré (2,5) : Mais où est Ibrahim Sangaré ? Devenu l’ombre de lui-même ces dernières semaines, perdant sa place de titulaire, il retrouvait la pelouse ce soir. Des pertes de balle, des fautes et incapable de remporter le moindre duel, il va sans doute vite retrouver le banc.

Vainqueur (2) : Il a sûrement pris exemple sur Sangaré dans cette partie. À la ramasse défensivement à l’image de ce carton jaune après une faute sur Savanier ou de ce dribble génial de Delort qui l’efface facilement sur le but après qu’il ait perdu le ballon. Catastrophique comme toute l’équipe. Remplacé par Koulouris (45’) dont l’entrée a tout de même offert bien plus de possibilités offensives. 

Koné (5) : S’il n’a pas coulé comme ses compères en première période, il n’a pas non plus été exemplaire. Trop imprécis dans ses transmissions, il a manqué de justesse pour servir les appels des joueurs offensifs. Plus prompt que ses coéquipiers, il a tenté tant bien que mal de faire exister le milieu toulousain.

Dossevi (5,5) : Inexistant en première période, l’entrée de Koulouris a tout changé pour lui. Il a pu prendre son couloir et amener le danger constamment dans la surface par ses centres. Remplacé par Saïd (66’).

Gradel (3) : Obligé de dézoner pour toucher le ballon, il n’a pas pu aider son équipe à se relancer. Son couloir, fermé, ne lui a offert aucune possibilité. Remplacé par Boisgard (78’).

Sanogo (4) : S’il a tenté d’exister en première période comme il a pu sur les longs ballons, il a surtout été très bien pris par Hilton qui ne lui a pas laissé le moindre espace. L’entrée de Koulouris n’a pas aidé Sanogo à exister.

 

Benoît Castéla 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Loading...