* Ligue 1 (FRA) *

Ligue 1 – 13ème j. | Les notes de Bordeaux– Caen (0-0)



Nous recrutons !
Vous souhaitez devenir rédacteur pour HdM et suivre l'équipe de votre choix ? Vous avez une bonne expression écrite, bonne orthographe, et êtes un passionné de foot ?
N'hésitez plus ! Rendez-vous ICI (le lien s'ouvrira dans un nouvel onglet)

Homme du match : Guilbert(7) : De retour dans son ancien club à un poste peu habituel pour lui dans l'axe de la défense, il aura fait un match énorme face à Briand puis face au géant danois Cornelius. Tranchant dans ses interventions, irréprochable dans le jeu aérien, ne laissant que très peu d'espace, décidément un excellent défenseur de cette Ligue 1. 

Bordeaux(4-3-3) :

 

Costil (5) : Difficile de juger de sa prestation tant les caennais n'ont jamais réussi à le mettre en danger.

Palencia (6) : Une première mi-temps de très haut niveau, offensivement il a proposé un nombre de solutions impressionnantes dans son couloir. Moins en vue en seconde.

Koundé (5,5) : Face à un Crivelli accrocheur, il aura bien réussi son match en étant rarement mis en difficulté.

Pablo (7) : Le néo international brésilien a bloqué l'essentiel des offensives caennaises dans ce match. Solide dans les duels, il confirme son excellent début de saison.

Poundjé (5,5) : Match sobre avec assez peu d'apport offensif. Pas non plus mis en difficulté sur son côté.

Tchouaméni (6) : Bon match de celui qui remplaçait ce soir Sankharé, il a fait le job. Remplacé par Vada.

Otavio (6) : Un bon match, son jeu long est un régal. Il donne le tempo à son équipe. En seconde période, moins en vue.

Lerager (5) : Un peu trop agressif dans ce match. Une nervosité difficile à comprendre face à Stade Malherbe pas dangereux.

Kalu (6,5) : Une première mi-temps impressionnante dans les uns contre uns. Mobile, vif avec un très bon pied, il était le bordelais le plus dangereux, il a totalement disparu en deuxième. Remplacé par De Préville qui a tenté avec maladresse.

Briand (4) : Jamais trouvé dans ce match, on ne l'a pas vu. Remplacé par un Cornélius pas beaucoup plus visible.

 Kamano (4) : La grosse déception de la soirée, le meilleur joueur bordelais a été totalement éteint par Gradit. Pas en réussite dans ses débordements et dans ses frappes.

 

Caen (4-2-3-1) : 

Samba (6,5) : Première intervention difficile mais ensuite très rassurant pour sa défense. Auteur d'une parade à un point dans les arrêts de jeu.

Gradit (6,5) : Défensivement, il n'avait pas la tâche la plus facile en devant s'occuper de Kamano. Il aura sorti un match énorme dans ce domaine. Offensivement quelques bonnes choses.

Guilbert (7) : Voir ci-dessus.

Djiku (6,5) : Comme à son habitude le patron de cette défense a été solide dans les duels, impérial dans le jeu aérien et aurait même pu ouvrir le score sur un coup de pied arrêté.

M Bengue (6) : A la limite sur quelques interventions sur Kalu en début de match. Il s'en sort pas mal. Offensivement auteur de quelques bons centres. Son meilleur match cette saison

Oniangué (4) : De l'impact défensif mais il a perdu plusieurs ballons très dangereux. Brouillon offensivement, match à oublier pour le capitaine caennais.

Fajr (6) : Précis dans son jeu long, intéressant sur coup de pied arrêté, il aurait fallu qu'il soit décisif pour que son match soit excellent..

Sankoh (5,5) : Il a joué sur le côté droit offensif ce qui est un peu surprenant pour lui. Comme on pouvait l'imaginer, il a bien bloqué son couloir mais a très peu apporté offensivement. Remplacé par Ninga.

Beauvue (5) : De l'activité sur le côté gauche puis dans l'axe mais rien de vraiment efficace

Khaoui(5) : Comme à chaque fois, de bonnes choses mais des pertes de balle et du déchet technique difficile à comprendre pour un joueur de cette qualité. Remplacé par un Tchoukounté inexistant.

Crivelli (5) : Il s'est bien battu dans ce match et a essayé de peser comme il le pouvait. Son jeu en pivot est excellent mais il y a trop peu de mobilité autour de lui pour que cela soit efficace. Aucune occasion a se mettre sous la dent. Remplacé par un Armougom brouillon.

Karim Boumelit

Fermer
Fermer