Stade Rennais : Le club apporte des précisions concernant la trêve internationale !

Nous recrutons !
Vous souhaitez devenir rédacteur pour HdM et suivre l'équipe de votre choix ? Vous avez une bonne expression écrite, bonne orthographe, et êtes un passionné de foot ?
N'hésitez plus ! Rendez-vous ICI (le lien s'ouvrira dans un nouvel onglet)


Face à la polémique à la prochaine trêve internationale, le Stade Rennais a décidé de réagir pour justifier son choix de retenir ses quatre internationaux africains.

« Compte tenu de plusieurs propos inappropriés, voire déplacés, exprimés dans la presse concernant les joueurs internationaux qui ne pourront rejoindre leur sélection, le Stade Rennais F.C. tient à préciser les raisons pour lesquelles il n’a pas pu accéder à la demande de mise à disposition de ses quatre joueurs (Alfred Gomis, Nayef Aguerd, Hamari Traoré et Elias Damergy). L’ensemble des clubs professionnels français a alerté il y a plusieurs jours le gouvernement français afin de demander une exonération de septaine pour les joueurs internationaux à leur retour de sélection. Cette septaine empêchera les joueurs concernés de participer à la 31e journée et mettrait même en péril leur participation à la 32e journée de Ligue 1. L’équité du championnat s’en trouverait alors altérée. Cette demande a bien évidemment été liée au respect d’une bulle sanitaire très stricte imposée aux sélections nationales ainsi qu’un retour en France en avions privés. Compte tenu de l’absence de retour de la part des autorités françaises, le Stade Rennais F.C. se voit contraint, et ce en accord total avec la FIFA, de ne pas mettre à disposition de leur sélection les joueurs concernés malgré l’attachement et la dévotion de chacun d’entre eux envers leurs pays. Le Stade Rennais F.C. a toujours répondu favorablement aux convocations internationales de ses joueurs mais ne peut exceptionnellement pas y accéder dans les conditions sanitaires actuelles. Cette décision ne peut en aucun cas être imputée aux joueurs et il serait même injuste de le sous-entendre », peut-on lire sur le communiqué.