Mondial – 1/2 finale | Les notes d’Argentine-Pays Bas (0-0, 4tab2)

maxi rodriguez et sergio romero argentine 1rrfitvklu8516lap5qkzqez4 e1405457925866
Précédent 1 2 3
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Argentine :

- Romero (7) :  jamais inquiété dans cette partie, le portier monégasque a fait ce qu’il fallait pour rassurer sa défense, se montrant autoritaire dans ses sorties aériennes. Mais il a dû trouver le temps très long jusqu’à la séance de tirs au but. Alors, il s’est vengé en sortant la tentative de Vlaar, puis celle de Sneijder sur une superbe horizontale. Deux parades décisives pour envoyer son pays en finale, de la part du gardien de l’ASM, présenté comme l’un des maillons faibles de cette équipe. Une belle revanche.

- Zabaleta (6,5) : le latéral droit a signé une belle copie ce soir. Autoritaire, il n’a jamais dépassé sur son aile, et s’est permis quelques montées tranchantes. Malheureusement, ses centres n‘ont jamais trouvé ses (rares) partenaires présents dans la surface. En bon soldat, le Mancunien n’a jamais rechigné à aller au combat.

- Demichelis (5,5) : de nouveau aligné d’entrée aux côtés de Garay, l’ancien Munichois est apparu plus nerveux que face à la Belgique, et surtout plus nerveux qu’à l’accoutumée. Mais finalement, face à des attaquants inoffensifs, il a passé une rencontre des plus tranquilles. Averti (49e).

- Garay (6,5) : le patron de la défense albiceleste a régné en maître face à van Persie et compagnie. Son jeu aérien toujours exemplaire a permis à son équipe de se rassurer sur les quelques incursions adverses. A même marqué son tir au but.

- Rojo (6,5) : opposé à l’intenable Robben dans son couloir gauche, Rojo s’est logiquement montré timide offensivement. Mais il a compensé par un sérieux sans faille derrière. Si Robben n’a pas eu l’influence habituelle, l’Argentine le doit grandement à son latéral.

- Mascherano (9) : Voir ci-dessus

- Biglia (6) : de nouveau préféré à Gago dans l’entrejeu, le joueur de la Lazio a de nouveau fait honneur au choix de son sélectionneur. S’il a moins brillé que Mascherano à la récupération ou Pérez dans la projection vers l’avant, il a parfaitement colmaté les espaces et orienté le jeu avec sérénité.

- Pérez (7) : ce soir, le milieu du Benfica avait la lourde tâche de remplacer Angel Di Maria. Dès les premières minutes, il a pris ce rôle à bras-le-corps, en se montrant très percutant balle au pied. S’il a d’abord brillé par intermittences, il est monté en puissance au fil du match. S’il n’a pas atteint l’influence d’un Di Maria, Pérez s’en est quand même bien approché. Remplacé par Palacio (81e).

- Lavezzi (7) : comme souvent, le Parisien a brillé par son activité. Mais ce soir, il y a ajouté de la justesse et de l’habileté dans ses appels et ses dribbles. S’il n’a pas réussi à se montrer décisif, le numéro 22 a longtemps été l’atout offensif numéro de son équipe. Très fatigué, il est remplacé par Maxi Rodriguez (100e), qui a marqué le tir au but vainqueur pour les siens.

- Messi (5) : discret en début de rencontre, il s’est mis en évidence sur un premier coup franc, bien bloqué par Cillessen. Comme cela a souvent été le cas depuis le début du tournoi, il ne s’est guère mis en évidence dans le jeu. Mais contrairement à ses sorties précédentes, l’éclair de génie attendu par tout un peuple et suffisant à faire basculer une rencontre n’est jamais arrivé. A inscrit son tir au but.

- Higuain (5) : revigoré par sa performance de premier plan face à la Belgique, Higuain s’est de nouveau montré très mobile et disponible en début de rencontre. Mais peu à peu, le scénario de la rencontre n’aidant pas, il a quelque peu disparu. Le Napolitain aura eu le mérite de ne jamais baisser les bras, face à un Vlaar impérial. Remplacé par Agüero(82e), qui a transformé son tir au but.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.