10ème j. | Ce qu’on retiendra : La flamme « Olympique »

- Tour d'horizon du football sur Twitter - Continuez vers le bas pour l'article -

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Le fait marquant :

Lyon et Marseille en forme Olympique : Derrière ce titre somme toute très convenu, on trouve une réalité qui en dit long sur la forme du moment des deux équipes :

  • Une 8ème victoire consécutive pour l’Olympique de Marseille en dominant une équipe de Toulouse beaucoup trop timide même si Braithwaite a fait trembler la défense phocéenne avec son occasion détournée sur la barre par Mandanda en début de match. Boosté par la performance très convaincante de ses internationaux en équipe de France cette semaine, Marseille a vu ceux-ci régaler encore une fois son public, avec Dimitri Payet à la passe pour le premier but, et André-Pierre Gignac à la finition du second.
  • Un 6ème match consécutif sans défaite pour l’Olympique Lyonnais qui, non content de dominer son match face à Montpellier, rend aux joueurs de Rolland Courbis le 5-1 subi la saison passée à la Mosson. Le tout aidé par une performance aboutie de Yoann Gourcuff, auteur d’un doublé mais qu, au-delà de ça, s’est montré très présent et disponible pour ses partenaires, signe qu’il est de mieux en mieux sur le terrain et dans le groupe lyonnais.

Bref, deux états de forme positifs que les deux équipes vont bien évidemment vouloir conserver le plus longtemps possible. En ce qui concerne la prochaine journée il y aura… ah, tiens, Lyon-Marseille.

 

L’homme de la journée :

Yoann Gourcuff (Lyon) : Pour sa performance évoquée ci-dessus – son doublé, sa présence et sa disponibilité -, il était bien évidemment difficile de ne pas citer le milieu de terrain lyonnais qui, longtemps en délicatesse avec son corps, a petit à petit retrouvé ses sensations qui lui permettent de réaliser ce genre de match, et par-dessus le marché, de réaliser un doublé pour la première fois depuis cinq ans. Hubert Fournier aura grand besoin d’un joueur autant en forme face à Marseille dimanche prochain.

On aurait pu citer :

Maxwell (Paris SG) : Le latéral gauche brésilien s’est globalement montré à son avantage sur son couloir gauche, étant impliqué sur les actions amenant les trois buts de son équipe, avec en prime ce superbe lob réalisé de loin et… du pied droit.

Jonas Lössl (Guingamp) : Si les attaquants bretons ont bien exploité les contres dans le camp lillois, c’est bien le gardien danois de l' »En Avant » qui aura permis de conserver les trois points ramenés de Lille par ses nombreuses parades même s’il est malheureux sur le but cocasse de Mavuba.

Hervé Bazile (Caen) : « Parachuté » au cours de la rencontre après la blessure de Koita, le milieu gauche caennais n’a pas été avare d’efforts sur son aile et a su se montrer patient, comme le reste de son équipe, pour trouver l'(improbable) ouverture qui permet de glisser le ballon entre le poteau et Carrasso, qui avait peut-être anticipé – à tort, donc – un centre en retrait.

 

Les flops :

Lille : le club nordiste est sans conteste l’auteur de la mauvaise opération du week-end en s’inclinant à domicile face à des Guingampais relégables, mais plus derniers. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé : 29 tirs contre 6 aux Bretons… mais 2 buts pour ceux-ci. Du réalisme, il en faudra pourtant aux Dogues face à Everton jeudi en Europa League (idem pour Gingamp à Minsk).

La fin du match Nice-Bastia : C’était évidemment difficile de passer à côté de ces regrettables incidents qui émaillent une rencontre de football, qui plus est exacerbée par un contentieux vieux d’une quarantaine d’années. Jean-Louis Leca, le gardien remplaçant corse, a eu la présence (ou l’absence, c’est selon) d’esprit de brandir un drapeau corse à la fin du match. Sans doute pas l’idée du siècle.
Quoique, ce week-end, il y avait une vaste opération contre le racisme ayant pour slogan « Soyons fiers de nos différences ». Et ce tweet de l’ami Erik Bieldermann de « L’Équipe » prête à réfléchir… (PS : il n’y a aucun parti pris dans la reprise de ce tweet.)

 

Nicolas Rainville (arbitre de Lens-PSG) : Le match se déroule relativement sans accroc jusqu’à la 52e minute et l’expulsion du défenseur lensois Gbamin, coupable selon l’arbitre d’avoir poussé Cavani dans la surface. Si le contact existe, l’attaquant uruguayen amplifie peut-être un peu la chute. Si encore ce n’était que ça… mais M. Rainville trouve le moyen d’exclure ce dernier pour un chambrage et un réaction semble-t-il inappropriée sur sa personne.
Un autre carton rouge plus tard (pour le capitaine artésien Le Moigne, cette fois), et les réactions fusent, notamment sur la toile, à propos d’un arbitre qui apparaît avoir perdu le fil de sa rencontre. Comme si l’arbitrage français n’était pas assez décrédibilisé comme ça…

 

Alex SAMUTH

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.