Liga – 28ème j. | Les notes de Real Betis – Levante (2-0)

Homme du match : Moreno (7,5) : Infatigable sur son couloir gauche, le latéral espagnol a fait vivre un enfer à Jorge Miramon. Contrôles parfaits, courses incisives portées vers le but, Moreno ne monte que quand il le faut et c’est ce qui le rend imprévisible et dangereux.

Betis (4-2-3-1) :

Bravo (6) : On n'ira pas jusqu'à dire bravo à Claudio qui n’a pas été mis en difficulté, mais le portier chilien pourra fêter la victoire avec ses coéquipiers.

Emerson (6) : Particulièrement solide défensivement, le brésilien n’a pas hésité à apporter son soutien aux milieux récupérateur. Son apport offensif reste relativement discret mais satisfaisant.

Mandi (6) : Très à l’aise à la relance, l’algérien a montré beaucoup d’assurance pour écarter le danger proprement.

Ruiz (6,5) : Jamais vraiment inquiété, Victor Ruiz a souvent eu le dernier mot dans les duels aériens, et rassuré son équipe quand l’adversaire parvenait à mettre la pression.

Moreno (7,5) : voir ci-dessus

Rodriguez (6,5) : Excellent à la récupération, l’argentin a fait preuve d’un dévouement irréprochable pour stopper les mouvements offensifs adverses. Ses qualités défensives sont cruciales dans un milieu de terrain très fourni en joueurs créatifs. Remplacé par Carvalho (66ème)

Guardado (7) : Très énergique, le numéro 18 s’est montré juste balle au pied et sur ses transmissions. Il joue à l’instinct et prend souvent les bonnes décisions.

Lainez (6) : Bien couvert par les défenseurs, Lainez aura au moins contribué à fatiguer l’adversaire. Ses tentatives de dynamiter l’aile droite n’ont pas porté leurs fruits mais le mexicain n’a pas à rougir de sa prestation; il s’est montré impliqué et solidaire. Remplacé à la 66ème par Juanmi, buteur.

Fekir (6,5) : Inconstant dans le bon comme dans le mauvais sens, Nabil Fekir est plus que personne capable du meilleur, comme du pire. Pas très impliqué jusqu’à son but venu d’une autre planète, l’ancien lyonnais surprend encore tout le monde quelques minutes plus tard en ratant l’immanquable devant la cage d’Aitor Fernandez.

Canales (7,5) : De plus en plus intéressant au fur et à mesure que les espaces se sont ouverts, Canales affiche le visage d’un grand numéro 10, saupoudrant chacun de ses mouvements d’une touche de classe absolument délectable.

Iglesias (5,5) : Pivot intéressant dans ses remises en retrait ou ses déviations rapides, le numéro 9 sévillan n’a pas alimenté son compteur personnel mais contribué à la belle performance collective du Betis. Remplacé par Joaquin (90ème).

Levante (4-4-2) :

Fernandez (5) : Soirée compliquée du côté de Fernandez qui n’est pas exempt de tout reproche sur le but de Fekir mais ne pouvait rien faire pour empêcher la défaite.

Miramon (3,5) : Dévoré tout cru par un Alex Moreno en grande forme, le latéral de 31 ans peut encore s’estimer heureux que son vis-à-vis n’ait pas pu aller au bout. Remplacé par Duarte (83ème).

Vezo (5,5) : Plutôt vigilant en début de match, le portugais subit avec ses coéquipiers la percée dévastatrice de Nabil Fekir. Ensuite, rien n’est plus pareil et beaucoup trop d’espace sont laissés aux attaquants adverses dans la profondeur.

Pier (5,5) : Bien sur ses appuis face à Lainez, Robert Pier a lui aussi craqué en fin de match face à Fekir et Canales.

Clerc (6) : Bien plus combatif que Miramon de l’autre côté, Clerc a longtemps résisté face aux assauts du betis.

De Frutos (5) : Pas vraiment utile dans l’animation de son couloir droit, De Frutos a tenté d’apporter son soutien défensif mais là aussi montré des limites.

Vukcevic (6) : Bien plus propre dans ses transmissions que beaucoup de ses partenaires, Vukcevic n’était pas assez bien entouré pour briller ce soir. Remplacé par Malsa (77ème).

Bardhi (4,5) : Une fâcheuse tendance à courir tête baissée chez Enis Bardhi aujourd’hui. Passes manquées, occasion gâchées, on attend forcément plus du numéro 10 sur un maillot rayé rouge et bleu, mais le macédonien a vraiment déçu ce soir.

Morales (7) : Seul joueur vraiment au dessus du lot chez les visiteurs, Morales a su jouer vite et proprement pour apporter du danger dans la moitié de terrain adverse. Remplacé par Son (77ème).

Gomez (5) : Souvent positionné entre la ligne du milieu et Roger Marti, Daniel Gomez a fait l’étalage de sa technique sur de belles chevauchées en solo mais manqué cruellement d’efficacité. Remplacé par Leon (77ème).

Roger (5,5) : Obligé de beaucoup dézoner pour toucher des ballons, le numéro 9 ne s’est pas réellement procuré d’occasions.