* Liga (ESP) *

Liga – 26ème j. | Les notes de Valence – Athletic Bilbao (2-0)

Homme du match: Parejo (7,5): Totem du club valencien avec plus de 300 matchs à son actif depuis 2011, et ce malgré son histoire tulmutueuse avec celui-ci et ses supporters, Parejo en reste un joueur d’une élégance et d’une classe rare. Dépositaire du jeu de son équipe, ses déplacements entre les lignes, sa faculté à se retourner et à diriger le rythme de la rencontre de ce soir font de lui le gentleman de ce match, dans toute la noblesse de ce sport.

Les notes de Valence:

 

Neto (5,5): Inutile pour lui de racheter une seconde paire de gants après ce match, le grip de celle de ce soir devrait être suffisamment intact pour le prochain match face à Krasnodar ce jeudi, tant le cuir n’a que peu caresser la paume de ses mains.

Wass (6,5): L’ancien savoyard, chouchou du coach Dupraz (rires), étale sa classe du côté de l’Espagne. Le milieu offensif polyvalent, placé ce soir en tant que latéral droit, a livré une prestation solide, notamment en première mi-temps ou ses dédoublements avec Ferràn Torres ont suscité quelques incursions intéressantes mais non décisives côté Berchiche. Il est l’auteur de la première frappe du premier acte, à côté.

Diakhaby (6,5): L’ancien lyonnais acheté pas moins de 15 millions d’euros cet été (une aubaine selon les Gones) oscille cette saison entre titularisations de niveau irrégulier et matchs sur le banc. Mais Mouctar a brillé par une très grande sérénité, et ce n’était là sa première qualité. Profitant de l’absence de Ezéquiel Garay, Mouctar a surement marqué quelques précieux points aux yeux de son entraîneur Marcelino.

Roncaglia (6): Car une défense centrale se fait à deux, sa relation avec le jeune français fut fibreuse. Bien peu inquiété par le trio d’attaque bilbayen, ses sorties de balle furent faciles et détendues. Tranquille.

Gaya: (7): S’il n’a seulement que 23 ans, sa maturité est celle d’un joueur bien plus âgé. Déjà impressionnant tactiquement, il dispose déjà d’un apport-qualité défensif-offensif plus qu’honnête, et s’il continue, pourra peut-être se targuer dans les années à venir de devenir une alternative crédible à Jordi Alba du côté de la Roja.

Parejo (7,5): voir ci-dessus.

Kondogbia (7): Apport-qualité technique-physique au top. Une maitrise de la possession et de la confiscation de balle qui s’est faite en partie grâce à lui et Parejo. Geoffrey qui a connu tant de clubs, ayant vécu des hauts et des bas, commence dans la force de l’âge enfin à s’épanouir du côté de Los Ches. Peut-être un poil trop juste pour la prochaine liste de DD dans dix jours, Kondogbia est loin d’être un piètre concurrent à la course au milieu de terrain de l’Equipe de France.

Ferràn Torres (6,5): Fin techniquement et très vif, son duo avec Wass a donné du fil à retordre à Yuri Berchiche. Remplacé par Carlos Soler (76′).

Cheryshev (6): L’homme russe de cette Coupe du Monde a réalisé une bonne copie ce soir. Travaillant au corps à corps un de Marcos parfois dépassé, certains de ses centres auraient mérité d’être décisifs.

Rodrigo (7,5): Qué golazo de Rodrigo ! Déjà buteur décisif cette semaine face au Bétis et octroyant ainsi à son club un billet direct pour la finale de la Coupe du Roi (la 17ème de son histoire), l’international espagnol a récidivé par un bijou de reprise de volée à la 49′. Remplacé par Guedes (79′).

Mina (4,5): Il aura fallu d’un éclair pour débloquer un match bien cloisonné: une double une-deux astucieuse initiée de sa part se finit par une volée magnifique de Rodrigo. Une passe décisive qui ne fait néanmoins oublier son match nuageux, ainsi que sa longue disette en but qui dure depuis novembre dernier. Remplacé le Kévin Gameiro national (67′) qui scelle le score à 2-0 à la 89′ sur une contre-attaque dument mené. Supersub.

 

Les notes de l’Athletic Bilbao:

 

Herrerin (5): 0 arrêt décisif, 2 buts encaissés sur lesquels il est irrépréhensible. Dur métier de gardien. Frustrant.

de Marcos (3,5): Très en difficulté face au duo Cheryshev-Gaya, ses distances de marquage trop laxistes et son manque d’agressivité sur le porteur du ballon sont à regretter, ce qui a laissé trop de temps et d’espace pour les deux valenciens de centrer ou repiquer dans l’axe.

Alvarez (5): Quelques-unes de ses interventions font de lui l’un le moins inconsistant de ses compères défenseurs. Averti à la 54′

Martinez (4): De même que Alvarez, Martinez a effectué quelques interventions salutaires, à la différence qu’il est en partie fautif sur le premier but encaissé de Los Leones, en étant aspiré naïvement par la première remise de Rodrigo sur Mina, le laissant ainsi seul sur la seconde remise pour ajuster à merveille Herrerin.

Berchiche (4,5): L’ex-parisien se revigore de son football dans son pays basque natal, loin de la capitale où il n’y a jamais réellement trouvé sa place. Bien que dévoué à la tâche, notamment offensivement, sa copie défensive fut à désirer, bien trop souvent pris à revers par Wass et Torres.

Beňat (4): A la vue de sa transparence, Parejo l’aura bu tel un petit verre d’eau rafraichissant. Remplacé logiquement par San José (63′),dans une optique plus offensive de la part de Garitano.

Dani Garcia (4,5): L’ancien du SD Eibar, s’il fut tout comme Raùl Garcia relativement agressif, n’a pesé que le poids d’une plume face au milieu de Los Ches, Kondogbia-Parejo.

Raùl Garcia (5): Dans une dynamique olympienne, buteur à trois reprises lors des quatre derniers matchs de Liga (soit les trois seuls buts de son équipe …), Raùl Garcia a montré ce soir un visage plus nerveux, averti en tout début de match par monsieur l’arbitre, puis en multipliant les protestations et les interventions illicites. Un tempérament qui a néanmoins manqué à une équipe basque bien trop docile. Remplacé par Kodro (66′), pour éviter surement que Garcia se fasse expulser avant la fin du temps réglementaire.

Muniain (4,5): Dixième saison au club pour le basque qui a connu tant d’arrêts à sa progression pour cause de blessures, et qui, crut à nouveau retomber dans ses failles après plusieurs minutes passées au sol. Fausse alerte, mais alors que Muniain semblait en jambes, celui-ci s’est relativement éteint au cours de la rencontre. Dommage.

Gomez (4): Match totalement insignifiant, pas l’ombre d’un débordement sur Gaya. Remplacé par l’enfant du club Susaeta (82′), déjà sa 501e apparition sous la tunique de club si particulier qu’est l’Athletic Bilbao.

Williams (3,5): Aucun gaspillage alimentaire, Diakhaby et Roncaglia n’ont pas laissé une seule miette à Inaki. Meilleur buteur de son club cette saison avec 7 réalisations, Williams n’aura frappé aucune fois ce soir au Mestalla.

 

 

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer