Liga - 20ème j. | Les notes de Villarreal - Atlético Madrid (2-2)

Nous recrutons !
Vous souhaitez devenir rédacteur pour HdM et suivre l'équipe de votre choix ? Vous avez une bonne expression écrite, bonne orthographe, et êtes un passionné de foot ?
N'hésitez plus ! Rendez-vous ICI (le lien s'ouvrira dans un nouvel onglet)


Homme du match - Pau Torres (7,5) :  Beaucoup de ballons touchés, un bel impact en défense, les socios de Villarreal et Unai Emery n'ont pas grand-chose à lui reprocher ce soir. Sur un ballon mal négocié par Oblak, il se permet même de marquer un but du pied gauche. Une frappe d'une mollesse hypnotisante.

 

Villarreal (4-2-3-1)

Geronimo Rulli (4) : Pas mal de bonnes interventions de la part du portier argentin. Il est, néanmoins, en partie fautif sur les deux buts de son équipe. Correa profite de son mauvais placement à la 10' pour décocher une frappe de 50 mètres. Masqué par sa défense sur le but de Kondogbia, il peut mieux faire sur un tir mal ajusté.

Pervis Estupinian (6) : Dans le registre qu'on lui connaît, offensif et généreux dans les efforts, il a été bon ce dimanche soir. Impliqué aussi dans sa propre moitié de terrain, il s'interpose sur une frappe de Lemar en fin de match qui permet à son équipe de garder le nul. Un attaquant prend sa place en fin de match. Entré en jeu à la 86', le Sénégalais Nicolas Jackson a bousculé physiquement la défense madrilène le temps de sa rentrée.

Pau Torres (7,5) : (Voir plus haut)
Raul Albiol (3) : Seulement 20% de duels gagnés, 8 ballons perdus... La coque du sous-marin jaune n'a pas été fidèle à sa réputation.

Juan Foyth (4) : Parmis les nombreux joueurs argentins présents sur la feuille de match, Foyth était sans doute le moins connu. Intéressant de par ses projections et sa rapidité, il n'a pas brillé face à l'Atlético. En difficulté défensivement, il a perdu de nombreux ballons mettant, occasionnellement, son équipe dans des situations délicates.

Étienne Capoue (5) : Arrivé l'année dernière dans le club de la province de Castellón après huit années passées en Angleterre, le milieu français montre encore de belles choses à 33 ans. Impactant en défense, il a démontré, ce soir, qu'il était aussi précieux à la relance. Dans un changement très offensif, Vicente Iborra prend sa place.

Daniel Parejo (7) : La plaque tournante de Villarreal. Dès que son équipe se procure une bonne occasion, vous pouvez être sûr que c'est lui qui est au départ de l'action. Fautif sur l'ouverture du score de l'Atlético, il a failli se rattraper en reprenant (avec beaucoup de chance) le penalty de Moreno repoussé par Oblak. Après consultation du VAR, l'arbitre refuse le but pour une main difficile à juger.

Alberto Moreno (7) : On le connaissait défenseur gauche, plutôt offensif, mais depuis cette saison, c'est au poste de milieu gauche qu'il fait valoir ses qualités. Percutant, juste, vif, il a fait mal au côté gauche de l'Atlético. Déposant, sur un appel dans l'axe, Hermoso et Felipe, il gagne de justesse son face-à-face avec Oblak et donne (pour une dizaine de minutes) l'avantage à son équipe. Il sort à la 73' pour Yeremi Pino.

Manu Trigueros (4) : Actif en première mi-temps, plus discret en seconde, le milieu espagnol n'a pas eu l'impact sur le jeu offensif de son équipe qu'il déploie à l'accoutumé. Il cède sa place à Alfonso Pedraza à la 73'.

Moi Gomez (3) : En mission d'infiltration ce soir, son objectif était sans doute d'observer de près la défense madrilène, sans jamais se faire repérer. C'est un objectif totalement réussi, personne ne l'a vu de la rencontre. Il a pourtant joué les 90 minutes.

Gerard Moreno (6) : Après un doublé la semaine dernière face à Levante, on attendait beaucoup du buteur espagnol ce dimanche. Ce n'est pas lui qui a pris la lumière, il s'est chargé de la mettre sur ses coéquipiers à l'image de sa passe décisive pour son homonyme à la 58'. Ils auraient d'ailleurs pu, plus tôt dans le match, inscrire un but suite à un tir combiné digne d'Olive et Tom.

 

Atlético Madrid (4-4-2 puis 3-5-2)

Jan Oblak (3) : Trois tirs adverses cadrés, deux buts encaissés et une grossière faute de main sur le premier but. On a connu Jan Oblak plus en forme qu'aujourd'hui.

Renan Lodi (3) : Pas impactant voire même imprécis et fantomatique, le brésilien n'a pas gagné de point ce soir. En difficulté à quatre derrière, il sort à la 63' pour Sime Vrsaljko. Au dépens de Lodi, l'Atlético, après un changement tactique en 3-5-2, à retrouver un second souffle et a montré un jeu beaucoup plus aboutit.

Mario Hermoso (3) : Cette saison, l'Atlético encaisse beaucoup de buts, surtout à l'extérieur. Avec deux buts adverses, la rencontre ne fait pas entorse à la règle. Loin d'être le seul responsable, Hermoso est trop passif sur le deuxième but de Villarreal.

Felipe (4) : L'avantage qu'il a, par rapport à son coéquipier en défense, c'est qu'on l'a beaucoup moins vu. Avec Gimenez et Savic encore indisponible, Simeone doit grincer des dents après chaque rencontre.

Marcos Llorente (5) : Discret en première mi-temps, il a retrouvé des couleurs, en même temps que toute son équipe, après le changement tactique.

Rodrigo De Paul (4) : Encore un match compliqué pour l'Argentin. Après avoir montré ses grandes qualités physiques en début de saison, Rodrigo De Paul peinent à retrouver son niveau. Maladroit dans l'entrejeu, il manque de régularité dans l'investissement pour son équipe au cours du match. Il laisse sa place à " Captain Koke " à l'heure de jeu.

Geoffrey Kondogbia (7) : La pieuvre est toujours aussi spectentaculaire au milieu. Précieux lorsque l'Atlético n'a pas la ballon, il fait office de premier rempart solide auquel les attaquants adverses viennent, la plupart du temps, s'écraser. C'est en revanche plus compliqué pour lui offensivement même s'il ramène, avec bonne fortune, son équipe au score à la 67'.

Thomas Lemar (6) : À l'image de Llorente et Carrasco, c'est un match en dents de scie pour Lemar. Pas dans son positionnement de prédiléction avant l'heure de jeu (excentré sur le côté gauche), il retrouve de son éclat après le passage en 3-5-2. Monsieur Propre.

Yannick Carrasco (5) : Encore une fois : le 4-4-2 cest non, le 3-5-2 c'est oui.

Angel Correa (7) : On joue depuis dix minutes, Parejo rate sa passe, à 50 mètres du but. Correa l'intercepte, pousse légèrement la balle, et frappe. Nous sommes à précisément 49,9 mètres des cages de Villareal, la balle fini sa course au fond des filets de Rulli, trop avancé. Un but qui se passe de commentaire et à voir, revoir et encore voir sans modération.

Matheus Cunha (3) : Luis Suarez n'a... Ah oui c'est Cunha qui jouait aux côtés de Correa. Intéressant en sortie de banc, il s'est montré... ou plutôt il ne s'est pas montré ce soir. Joao Felix le remplace à la 63'.

 

KLAJNBAUM Arthur

Lire plus