Liga – 19ème j. | Les notes de Villarreal – Getafe (1-2)

Nous recrutons !
Vous souhaitez devenir rédacteur pour HdM et suivre l'équipe de votre choix ? Vous avez une bonne expression écrite, bonne orthographe, et êtes un passionné de foot ?
N'hésitez plus ! Rendez-vous ICI (le lien s'ouvrira dans un nouvel onglet)
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Homme du match: Soria (8): Impossible d’avoir pu compter ses arrêts tant il y en a eu une flopée. Sorties aériennes, au sol, réflexes, d’une main, des deux … Soria, ses trois montants constituant la forme rectangulaire de sa cage et les Dieux du foot l’auréolant de leurs bénédictions ont réalisé une prestation dantesque, aucun joueur de Villareal ne pouvait marquer ce soir. Et pour dire, seul un CSC de Cabrera fut un affront à son aura.

 

Les notes de Villareal (4-3-3):

 

Asenjo (5,5): Quelle parade réflexe somptueuse sur une reprise de volée à bout portant de Portillo à la 12′ ! S(il maintient son équipe en première période, on peut lui reprocher son placement sur le premier but, ne couvrant suffisamment son angle. Sur le second, lobé, c’est toute la classe de Angel qui a parlé.

Gaspar (5): Discret en première mi-temps, le capitaine a plus apporté offensivement en seconde mi-temps, sans faire trop de vagues. Plutôt un petit flot méditerranéen bordant Vila-Real.

Costa (4): Au sein du stade de la Ceramica, Costa s’est montré très fragile défensivement, brisé à plusieurs reprises par Mata et surtout Foulquier. Pot de terre face à pot de fer. Averti à la 39′ sur une faute à retardement sur Mata. Qui plus est, le second but victorieux de Getafe intervient sur son côté.

Mori (3,5): Sa première mi-temps était pourtant convenable, il manque de peu l’ouverture du score sur un coup franc de Fornals. Mais Mori parti à la cueillette des champignons sur les deux buts concédés sur le second acte, ne récoltera uniquement que la venimeuse note de 3,5.

Ruiz (5): Tout comme Mori, sa première mi-temps est correcte. Une petite douleur ressentie lors de la seconde lui fera finir le match en serrant les dents, provoquant sans doute un léger manque d’agressivité ouvrant un peu plus de brèches aux Azulones. 

Caseres (4,5): Un manque cruel d’initiatives et de passes vers l’avant, en dépit de ses ballons perdus et de son manque d’agressivité à la récupération. Une roche qui reste encore à polir.

Chukwueze (5,5): Le match du jeune nigérien fut intéressant, tout comme son mano a mano avec Antunes. Très technique, il loupe de quelques centimètres la lucarne opposée de Soria à la 22′. Mais encore un manque de lucidité qui lui valent quelques ballons perdus bêtement; des lacunes à régler pour ce joueur s’il souhaite franchir un cap dans les années à venir. Remplacé à la 57′ par Toko Ekambi. L’ancien angevin s’est tout de suite montré ultra entrepreneur sur son flanc droit, lançant la révolte, à s’en demander pourquoi il n’a commencé titulaire. Alors que la fin de match devient anthologique (deux barres et un poteau pour Villareal en une minute!), Toko Ekambi provoque un penalty à la 90′. Et si l’on peut émettre quelques réserves sur cette fameuse phrase « celui qui subit le penalty ne doit jamais le tirer », nul doute qu’elle avait sa validité ce soir. Penalty au-dessus …

Iborra (4,5): Que peu de situations créées et un manque de lucidité ce soir pour son tout premier match à Villareal, alors fraîchement débarqué de Leicester. Un transfert néanmoins qui reste prometteur pour le maintien du club, affaire à suivre … Remplacé par Bacca à la 70′, changement tactique offensif.

Fornals (4): Le créatif de Villareal a clairement manqué d’inspiration sur cette première période. Un tableau blanc, un poème sans vers, une musique sans son. Le sous-marin jaune espère beaucoup plus de son maître à jouer s’il n’espère couler en secunda division, un drame pour un club de cette envergure, qui avait déjà connu la descente en 2012.

Cazorla (6): Le champion d’Europe 2008 et 2012 a assumé son statut en étant relativement le plus en vue côté Villareal, à mi-chemin entre ailier gauche et électron libre, il tombe par deux fois sur un Soria des grands soirs à la 42′ et 63′.

Moreno (5,5): Frustrant. Deux grosses opportunités, alors seul face à Soria, d’ouvrir son compteur ce soir. Double duel perdus, mais une grosse abnégation et une grande utilité dans la fixation de la défense centrale adverse qui lui vaut au moins un plus que la moyenne.

 

Les notes de Getafe (4-4-2):

 

Soria (8): voir ci-dessus. 

Foulquier (6,5): Le natif de Sarcelles, prêté par Watford, a réalisé une prestation très convaincante. Juste et percutant, ses centres et ses combinaisons en première mi-temps ont mis à mal le côté gauche des submarinos. Pourtant très peu connu en France, il devrait donner quelques idées à certains clubs de L1 pour l’été prochain, à moins qu’il n’ait enfin une véritable chance du côté de son club propriétaire, en Premier League. Remplacé par Bruno à la 73′.

Antunes (6): A Seulement 31 ans, Antunes en est à son onzième club, et son côté globe-trotteur s’est fait ressentir tant il a exploré l’ensemble du terrain. Positionné arrière gauche, il n’hésitait pas à prendre en charge les coups francs offensifs et a pressé sur l’aile droite, soit à l’autre bout du monde.

Dakonam (4,5): L’international togolais a rendu une copie moyenne, deux erreurs défensives auraient pu coûter un peu plus cher si Soria n’avait pas sauvé la maison.

Cabrera (4): Car il faut toujours un Casper dans une équipe, Cabrera marque malheureusement contre son camps et déviant un centre à la 75′. Mise à part cela, il n’a pas réellement imposé le respect au sein de sa charnière centrale, principale défaut de Getafe ce soir.

Maksimovic (4,5): Le jeune serbe ne fut pas particulièrement pugnace au milieu, ce qui a laissé la relative possession à l’adversaire. Peu de créativité et peu en vue.

Portillo (6): Prêté par le Betis Séville, il rate de peu l’ouverture du score sur une reprise de volée à la 12′, magnifiquement repoussé par Asenjo. Travailleur, son binôme avec Foulquier sur l’aile droite a parfaitement fonctionné.

Arambarri (5,5): S’il ne s’est jamais imposé du côté des Girondins de Bordeaux, Arrambari est cette saison titulaire indiscutable au poste de milieu central avec Getafe. Certaines de ses passes verticales furent très dangereuses, néanmoins, le milieu de terrain de Getafe manquait parfois un peu de densité

Cristoforo (4,5): Troisième uruguayen du XI titulaire après Arambarri et Cabrera, il fut relativement discret et anodin pour la défense jaune. Remplacé par Saiz à la 70′.

Mata (5): Ancien meilleur buteur de la Liga Secunda l’an passé avec le Valladolid (33 buts, rien que ça !), Mata entame seulement son second semestre de sa toute première saison dans l’élite. Des déplacements très intéressants ouvrant alors des fenêtres de passe, mais des difficultés à se faire trouver par son milieu.

Molina (6,5): A 36 ans, Molina n’a pas perdu de sa technique et de sa puissance. Dans un petit périmètre, il se débarrasse de Mori aisément avant de déclencher une frappe supersonique à l’entrée de la surface de réparation qui stupéfait Asenjo et tous les supporters du stade la Ceramica. Premier coup de froid avant le relai gagnant, Molina tape dans la main de Angel à la 86′, qui sur son premier ballon, climatise à nouveau les ardeurs de la Céramique. En se faisant de deux défenseurs, il crucifie d’un lob astucieux le portier adverse offrant alors la victoire à son équipe au bout du fil !

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.