Liga - 14ème j. | Les notes de Atlético Madrid - Osasuna (1-0)

Nous recrutons !
Vous souhaitez devenir rédacteur pour HdM et suivre l'équipe de votre choix ? Vous avez une bonne expression écrite, bonne orthographe, et êtes un passionné de foot ?
N'hésitez plus ! Rendez-vous ICI (le lien s'ouvrira dans un nouvel onglet)


Homme du match - Yannick Carrasco (7) : Il avait demandé à ce que son corner soit coupé. Il a été écouté. Comme souvent cette saison c'est en fin de match que la victoire se joue pour l'Atlético. Chez elle, au Wanda Metropolitano, il a fallu attendre la 88' pour voir la formation de Diego Simeone débloquer la situation. Dans le temps additionnel, le belge est passé à quelques centimètres d'inscrire un superbe but sur une contre-attaque.

 

Atlético Madrid (3-4-3)

Jan Oblak (6) : Le portier slovène sera l'un des grands absents de la Coupe du monde au Qatar. Il a, une nouvelle fois, prouvé cette après-midi qu'il était l'un des tous meilleurs à son poste en réalisant des arrêts importants. La superbe frappe de Torro à la 35' ou encore ses deux arrêts en fin de match, il a tout simplement été infranchissable.

Sime Vrsaljko (5) : Abnégation et rigueur ont été ses maîtres mots aujourd'hui. Investi défensivement, le croate a également apporté sa présence en attaque adressant, comme à son habitude de nombreux sens. Son saignement de nez à la 41' ne l'a pas empêché de continuer à faire son travail (avec deux énormes mouchoirs dans les narines). Il sort en toute fin de match pour le très jeune défenseur espagnol Carlos Martin.

Mario Hermoso (6) : Le défenseur espagnol prend une dimension impressionnante au sein du bloc madrilène. Impactant défensivement et n'hésitant pas à sortir pour apporter le surnombre, il rempli parfaitement les attentes de son entraîneur.

Stefan Savic (4) : Comme toute la défense de l'Atlético, il n'a pas eu à s'employer dans cette rencontre. Ses partenaires offensifs ayant établies un véritable siège autour de la surface d'Osasuna, il a eu la chance de pouvoir observer l'une des meilleurs attaques d'Europe de près.

Felipe (7) : Il aurait pu être l'homme de ce match. Décisif à la 88', il inscrit de la tête le seul but de la rencontre. Le fait qu'il n'ait pas eu à s'employer défensivement participe fortement à cette décision.

Yannick Carrasco (7) : Voir plus haut

Koke (5) : Le capitaine de l'Atletico a fait le job. Il a été sérieux et impliqué dans le jeu, en défense comme à la relance, ce qui a permis à son équipe de pouvoir développer son jeu (ou du moins essayer) en toute sérénité.

Marcos Llorente (6) : Le retour du très précieux et polyvalent milieu espagnol a fait du bien à l'Atlético. Très actif dans le jeu, au milieu et sur le côté droit, il est revenu plein de bonnes intentions. Son association au milieu argentin Rodri De Paul va faire des étincelles à l'avenir, c'est une certitude ! Ménagé, il cède sa place à la 75' pour Geoffrey Kondogbia.

Thomas Lemar (6) : Lui aussi faisait son retour après plusieurs semaines d'absence. Le jeu de l'Atlético à beaucoup penché à gauche et il n'y est pas pour rien. Le meneur de jeu français a énormément combiné avec Carrasco et apporté une pression constante sur le bloc très bas et dense d'Osasuna. Rodrigo De Paul prend sa place à la 65'.

Angel Correa (5) : À l'image de tout l'attaque madrilène, Correa a fait planer l'ombre du danger sur le but d'Herrera. Ni décisif, ni dangereux, il a beaucoup distribuer et plutôt bien distribuer. Il sort à la 65' laissant sa place à Luis Suarez.

Antoine Griezmann (5) : Un bon match de l'attaquant français. Comme à son habitude, il n'a pas compté les efforts défensifs. Seul en attaque, il n'a jamais vraiment apporté de danger mise à part sa frappe frôlant le montant en fin de première mi-temps. Après de nombreuses courses et un pressing constant, il sort à la 75'. Matheus Cunha le remplace.

 

Osasuna (5-3-2)

Sergio Herrera (3) : Pas inquiété du match, il a pourtant dû rester attentif pendant 90 minutes, voyant de très près les attaquants de l'Atlético. Sans doute épuisé mentalement, sa sortie sur le corner de Carrasco, amenant le seul but de la rencontre, est tout simplement mystérieuse.

Manuel Sanchez (6) : Le latéral espagnol a eu fort à faire face à son compatriote Llorente. Il a bien tenu la majeure partie du match. Il est remplacé après le but de l'Atlético par Roberto Torres.

Juan Cruz (4) : Très en vue offensivement pendant les premières minutes de la première mi-temps, il a peu à peu disparue la rencontre pour résister aux offensives madrilènes... jusqu'au craquage.

David Garcia (7) : Osasuna a pu se satisfaire pendant 88 minutes d'un match nul et c'est en grande partie grâce à son capitaine. Impérial dans ses duels face à Griezmann, il offre son corps pour empêcher le tir du français de trouer son gardien à la 24'.

Unai Garcia (5) : Il a tenu bon pendant très longtemps aux côtés de ses coéquipiers en défense. Un moment d'inattention et la rencontre s'est emballée. Malheureusement trop tard Garcia et ses coéquipiers pour espérer revenir.

Nacho Vidal (3) : Malmené par Carrasco et Lemar très présent sur son côté, c'est lui qui a le plus souffert dans cette défense à cinq d'Osasuna très compacte et appliquée.

Darko Brasanac (4) : Le milieu serbe n'a pas existé dans cette rencontre. Ne touchant qu'une petite vingtaine de ballon, il a subi la présence de Llorente et Correa dans son secteur. Il sort à la 75' pour Inigo Perez.

Lucas Torro (5) : Très solide tout au long de la rencontre, il n'a pas à rougir de sa prestation. Il décoche, en première mi-temps, une sublime frappe à 30 mètres du but d'Oblak qui aurait pu trouver la lucarne gauche si Oblak ne s'était pas magnifiquement interposé. Il cède sa place à l'expérimenté Oier à la 66'.

Jon Mocoloya (5) : À 23 ans, l'espagnol a montré de bonnes choses cette après-midi. Sans doute le joueur le plus dangereux de son équipe dans cette rencontre, il n'a pas pu s'exprimer pleinement. Il est sorti frustré à la 89' pour Enrique Barja, un attaquant.

Ezequiel Avila (3) : Seul moment fort pour lui, sa course vers le banc pour laisser Ante Budimir prendre sa place à la 66'.

Kike (3,5) : Vous avez sans doute réussi à cerner la physionomie de la rencontre, l'attaque d'Osasuna n'a pas existé. Kike un peu plus qu'Avila, son compatriote offensif. Il a donc la note de 3,5 au lieu de 3.

 

KLAJNBAUM Arthur