* Coupe de France (FRA) *

Coupe de France - Finale | Les notes de PSG - ASSE (1-0)

Homme du Match : Fofana (7,5) : dans cette triste finale sur le plan du scénario, avec des stéphanois rapidement réduits à 10 mais incisifs sans être récompensés, et un PSG parfois nonchalant qui voulait à tout prix éviter de voir d’autres de ses joueurs se blesser, l’Homme du Match doit être un joueur méritant. Celui qui décroche la médaille sur ce terrain est Fofana. Le jeune défenseur central est monté en puissance très vite, et a atteint un niveau excellent qu’il a su garder pendant l’intégralité de la rencontre. Décisif dans ses interventions défensives, dont certaines dans des situations dangereuses, il a également affiché une aisance technique remarquable pour un défenseur central mais surtout une abnégation de tous les instants. Il a même eu assez d’énergie en toute fin de match pour la jouer malin, en dribblant Thiago Silva pour s’effondrer ensuite dans la surface, mais le contact était trop léger pour obtenir un pénalty.

 

PSG : 4-4-2

Navas (6,5) : Saint-Étienne l’aura mis à l’épreuve dès le début du match, mais la concentration du gardien costaricain a permis aux parisiens de garder leur cage inviolée durant les temps forts des Verts. Saint-Étienne devant jouer en infériorité numérique dès la demi-heure, il n’a pas eu à se déployer de nouveau sauf sur quelques coups de pied de coin adverses.

Kehrer (non noté) : blessé, il cède sa place à Dagba (5,5) (20e). Le jeune latéral a subi plusieurs offensives adverses seul, du fait de la pauvre implication défensive de ses partenaires. Il s’en est tout de même bien sorti, malgré beaucoup de centres stéphanois qui viennent de son côté.


Thiago Silva (6,5) : sa partition est solide, et une intervention dans la surface face à Krasso en toute fin de match permet à son équipe de s’éviter une petite frayeur.

Marquinhos (6) : il a semblé un peu ailleurs en début de match, manquant le ballon maladroitement sur deux de ses interventions. Il s’est ensuite reconcentré et a rendu une bonne copie.

Bakker (6) : le néerlandais est passé du tout au tout entre les matchs amicaux et la première période de cette finale. Impliqué, solide défensivement et prenant ses responsabilités pour casser le pressing stéphanois, il a été au niveau. Un peu moins en vue en seconde période cependant.


Di Maria (6) : mobile et insaisissable comme il sait l’être, il a perdu peu de ballons, mais n’a en revanche pas toujours été précis dans la dernière passe.

Paredes (6,5) : un bon match pour lui. De bonnes relances, un sens du placement efficace et une frappe lointaine mais puissante font de son temps passé sur la pelouse une réussite dans l’ensemble. Il cède sa place à Verratti (75e).

Gueye (4,5) : moins aux aguets et plus incertain dans ses passes qu’à son habitude, il a perdu plusieurs ballons débouchant sur des offensives stéphanoises. Il n’a pas non plus été très intéressant sur les phases offensives, et écrase sa seule tentative aux abords de la surface.

Neymar (6,5) : marque le premier but de la rencontre contre le cours du jeu, seul face au but. Sur un coup franc rapidement joué, Mbappé s’empare du ballon et frappe en puissance à mi-hauteur (14e) ; Moulin le renvoie involontairement sur le brésilien, qui finit en une touche avec l’aide de la barre.


Icardi (4,5): le bâton de la suffisance semble être inéluctablement présent dans les mains d’un titulaire parisien ces dernières semaines et ce soir, c’est l’Argentin qui le tenait. Malgré quelques remises précises et quelques bons appels, il ne s’est pas donné assez pour convertir plusieurs occasions franches parisiennes et ainsi tuer le match.

Mbappé (non noté) : victime d’un tacle musclé et en retard qui lui bloque la cheville, il est contraint de sortir du terrain à la demi-heure de jeu. Il est impliqué sur le seul but du match avec sa frappe repoussée par Moulin sur Neymar. Sarabia (5) prend sa place sur la pelouse du Stade de France. L’espagnol n’aura jamais réussi à se mettre dans le match, ne prenant pas toujours les décisions que le jeu demandait et manquant ses frappes. On peut tout de même lui accorder qu’il a fait les efforts nécessaires pour se mettre régulièrement dans des situations intéressantes.

 

 

ASSE : 4-2-3-1

Moulin (7): dans un match à pression pour lui, ses quelques relances manquées en début de match et le tir de Mbappé qu’il a dégagé sur Neymar sont occultés par un grand nombre d’interventions, dont de belles parades. Notamment, une belle horizontale sur une demi-volée de Di Maria, un arrêt du pied sur un centre-frappe d’Icardi dans la surface et un face-à-face remporté avec Sarabia.

Debuchy (5,5) : il a fait son match, avec de l’allant en première période, puis de la fatigue en seconde. Le jeune attaquant nouvellement recruté, Krasso, prend sa place en fin de match (83e).


Fofana : voir commentaire ci-dessus.

Perrin (non noté) : il est l’auteur, malgré lui, d’un tacle qui réduit son équipe à 10 à la demi-heure de jeu et entame considérablement les chances stéphanoises de revenir au score.

Kolodziejczak (6) : bon derrière, percutant sur son flanc et affichant une belle complicité avec Bouanga, il a fait un match solide.

Camara (5,5) : Robuste dans ses interventions, il a participé activement à canaliser les à-coups parisiens. A noter une certaine nervosité que son entraîneur a préféré laisser au vestiaire à la pause pour éviter une éventuelle nouvelle exclusion. Remplacé par Neyou (7) à la mi-temps, très intéressant dans la construction du jeu stéphanois avec ses montées de balle rapide et sa technique. Il a également montré ses capacités physiques sur des attaques placées en conservant le ballon face à plusieurs adversaires par ses courses.

M’vila (5,5) : pas son plus grand match, mais les événements étaient particuliers. Cantonné aux phases défensives stéphanoises, il n’a pas pu participer plus aux offensives de son équipe.


Maçon (non noté) : il paie l’erreur de Perrin en cédant sa place à Moukoudi (6,5), qui fait un match solide et a donné de belles garanties aux côtés de Fofana en charnière centrale.

Boudebouz (5): on l’a souvent vu tirer les coups de pied arrêtés des Verts, moins dans le jeu.  Nordin prend sa place à la 75e.

Bouanga (7) : très tôt dans le match, il trouve le poteau, puis les gants de Navas. Il a été le danger numéro un en attaque.

Hamouma (5,5) : il n’a eu qu’une mi-temps pour se montrer, quarante-cinq minutes qui furent assez pour adresser quelques centres dangereux et gêner la défense parisienne par son activité. Remplacé par Khazri (5) à la pause, qui a tenté de créer des situations mais n’a pas eu l’inspiration nécessaire pour se défaire du pressing adverse en avançant.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer