* Coupe de France (FRA) *

Coupe de France - 1/4 finale | Les notes de Dijon - PSG (1-6)

Homme du match : Kylian Mbappé  (8) : Impliqué sur 4 buts, le « génie français » a encore mis à jour sa soif de faire trembler les filets adverses. Il a étalé toute sa panoplie habituelle : son pouvoir d’accélération, sa qualité technique face au but, en y ajoutant sa faculté à la donner quand il comprend qu’il faut le faire car il n’a pas levé la tête sur l’action précédente. À 6 jours du défi contre Dortmund, le numéro 7 parisien est en grande forme.

DIJON F.C.O (4-2-3-1)

R. Runarsson (3,5) : Quelques bonnes parades pour le portier islandais (notamment une main opposée après s’être bien avancé face à une puissante frappe de Cavani). Celui qui va remplacer Gomis pour plusieurs mois n’a pas à rougir de sa performance malgré l’ampleur du score.

F. Chafik (5) : Le latéral drômois a fort bien défendu lors du 1er acte sur Mbappé, avant d’être pris de vitesse dans un second temps.


S. Coulibaly (4) : Il ne dégage pas de la sérénité et  son jeu physique ne compense pas sa lenteur. Un csc pour couronner le tout.

W. Lautoa (4,5) : Lui aussi a fait une bonne 1ère mi-temps en comblant de multiples brèches dans l’édifice bourguignon. Le scénario du match semble avoir démoralisé l’ancien lorientais, alors qu’il semblait s’être relevé de son csc très tôt.

H. Mendyl (3,5) : Il s’est proposé dans son couloir mais il manque de rigueur défensive pour préserver l’imperméabilité de son équipe.


R. Amalfitano (4,5) : Il n’a pas ménagé ses efforts pour compenser ou presser haut. Le frère de Morgan est malheureux sur le tacle qui entraîne le 1-2 juste avant la pause.

D. Ndong (3) : Dans un rôle de 3ème défenseur central, il a bien facilité l’entonnoir des rouges, tout en temporisant fort à propos à la possession du ballon. Il a malheureusement trop vite retrouvé ses scories. F. Balmont a pris son relais (72’).

M. Baldé (4) : Le bissau-guinéen s’est illustré à travers des percussions bien senties et un jeu constant vers l’avant. Son entraîneur l’a probablement préservé en le remplaçant quand la décision était faite (Y. Benzia, 62’).

J. Cadiz (2) : Deux énormes occasions qui auraient pu ramener les siens à 2-2, aucune n’a trouvé le cadre. Cela pèse très lourd dans son bilan.


M. Chouiar (5) : Le meneur formé au RC Lens a été à la manœuvre lors de la bonne période dijonnaise. Ses dribbles ont permis d’offrir des occasions. Il a de plus égalisé rapidement (13’). Lui aussi est sorti tôt (61’) dans l’optique du championnat (J. Tavares).

S. Mavididi (3) : Même si on devine aisément que c’est difficile de s’exprimer dans un tel contexte, le buteur du DFCO a erré toute la partie, même après le soutien de Tavares lors de son entrée.

 

PARIS-SAINT-GERMAIN (4-4-2)

K. Navas (4) : Peu sollicité, le gardien costaricien est court sur le but concédé. Il n’a pas non plus dégagé sa sérénité habituelle.

T. Meunier (5) : Il est monté avec parcimonie mais quand ce fut le cas, il a fait admirer sa qualité de centre. Sorti à la 75’ au profit de L. Kurzawa, qui a joué à droite (!).


T. Kehrer (6) : Infranchissable, il a toujours été sur ses appuis. Sauf à l’occasion du retour pour gêner Cadiz... Bonne prestation pour le joueur formé à Schalke.

Thiago Silva (5) : Du bon, un but pour le break sur une tête sans sauter en étant étrangement seul, ou dans le jeu aérien globalement. D’autres initiatives moins pertinentes ni habituelles (sur le reculoir pour le 1-1, pertes de balles ou fautes) à l’occasion du retour du capitaine. Suppléé par J. Bernat (61’).

M. Bakker (6) : Il a bien débuté en cherchant sans cesse un partenaire offensif. Un peu plus timoré ensuite mais jamais pris en défaut.

T. Kouassi (5,5) : Une tendance à jouer vite, parfois trop. Mais quand ça passe, c’est tranchant.


A. Herrera (4) : À l’origine de la perte de balle sur l’égalisation à 1-1, l’ancien mancunien a de plus commis trop de fautes. Sorti pour A. Aouchiche (83’).

P. Sarabia (7) : Un doublé pour l’espagnol récompense une nouvelle prestation réussie pour celui qui était destiné à jouer les doublures, mais qui est de plus en plus souvent dans le 11 de départ.

J. Draxler (6) : Il a été plus inspiré qu’à l’accoutumée, même si on peut aussi retenir quelques fautes ou pertes de balles grossières qui entachent sa copie.

K. Mbappé (8) : voir ci-dessus.

E. Cavani (5,5) : Fondamental défensivement, il a un peu forcé son jeu à l’approche du but adverse, ce qui a peut-être fait chuter sa confiance plus le chronomètre tournant. L’uruguayen attend toujours son 200ème but à Paris.

YSW.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer