Coupe de France – Finale | Les notes de Monaco – PSG (0-2)

Nous recrutons !
Vous souhaitez devenir rédacteur pour HdM et suivre l'équipe de votre choix ? Vous avez une bonne expression écrite, bonne orthographe, et êtes un passionné de foot ?
N'hésitez plus ! Rendez-vous ICI (le lien s'ouvrira dans un nouvel onglet)


HOMME DU MATCH : KYLIAN MBAPPE (8) Le génie français a encore marqué la rencontre de son empreinte. Passeur décisif et buteur, il a été un danger constant pour Monaco. A l’affut sur la grossière erreur de Disasi, il récupère le ballon et offre sur un plateau le but à Icardi. Ensuite lancé par Di Maria après un petit festival, il trompe Majewcki d’un subtil piqué qui fait mouche. Il aurait même pu gratifier les téléspectateurs du but de la soirée après une inspiration diabolique en tentant de lober de 35 mètres le portier monégasque mais le ballon s’écrasera sur la barre. Du grand Mbappé comme souvent cette saison.

 

  AS Monaco (3-4-1-2)

Majewcki (6) : Pas grand-chose à faire pour lui sur les deux buts parisiens. Il est trahi par Disasi sur l’ouverture du score et se fait crucifier par Icardi. Sauvé par sa barre sur une tentative de lob de Mbappé, il ne pourra rien sur le face à face avec l’international français.

Sidibe (6) : Le seul côté monégasque à avoir pris la mesure de l’événement. Globalement, il a bien muselé Mbappé qui n’est que trop rarement passé dans les duels.

Maripan (5,5) : Il a bien fait attention à ne pas trop laisser de profondeur dans son dos. Trop facilement éliminé par Di Maria sur le second but parisien.

Disasi (4) : Il a complètement raté son match. Il offre un but au PSG la faute à un mauvais contrôle dans sa surface. Des relances ratées et des ballons rendus à l’adversaire.

Caio Henrique (5) : Il a essayé de donner un peu d’allant offensif, mais il n’a jamais trouvé preneur sur ses centres.

Fofana (5) : Il a semblé perdu sur le terrain et on n’a pas retrouvé le Fofana dominateur en championnat. Des ballons mal négociés et surtout trop de déchet dans ses transmissions.

Tchouameni (6) : On sent que la fin de saison est difficile, qu’il commence à tirer la langue. Quelques ballons grattés tout de même qui ont bien soulagé ses coéquipiers.

Aguilar (4) : Installé un cran plus haut, il n’a jamais débordé ni même amené du danger. Inutile tactiquement. Remplacé par Diatta à la 45ème.

Golovin (6) : Le maestro russe a essayé de lancer ses attaquants mais les circuits de passes monégasques étaient bien bloqués par l’adversaire.

Ben Yedder : (5) : Seul en pointe, il n’a pas existé face au duo Marquinhos/Kehrer. Remplacé par Jovetic à la 62ème.

Volland (5) : A l’image de son équipe, il a semblé émoussé physiquement. Son jeu dos au but n’a pas fonctionné et il a montré un déchet inhabituel. Remplacé par Fabrégas (82ème).

 

Paris-Saint-Germain (4-3-3)

Navas (6) : Pas trop inquiété sur ce match et sauvé par la barre sur un tir vicieux de Gelson Martins, il a globalement géré cette rencontre en faisant les arrêts qu’il faut.

Florenzi (6) : Bien en place, il a laissé très peu d’initiatives aux latéraux monégasques. Pris dans son dos quelque fois par Caio Henrique, il laissera sa place à Dagba (67ème).

Marquinhos (6,5) : Il s’est contenté de tenir la baraque avec brio. Pas trop mis en difficulté par les attaquants de Monaco il a dirigé sa défense avec sérieux.

Kehrer (6) : Dans les pas de son capitaine (voir ci-dessus) il n’a pas laissé grand-chose aux attaquants adverses. Appliqué et concentré, il a passé une soirée plutôt tranquille.

Diallo (5,5) : Il a passé une soirée sans accroc. Mais sans apport offensif non plus. Un match tout dans la gestion.

Gueye (6 ,5) : Solide et efficace il a été la plaque tournante de l’équipe parisiennes jusqu’à l’heure de jeu.

Paredes (6,5) : Son duel avec Tchouaméni a tenu toutes ses promesses. Sa hargne et son sens du sacrifice ont permis à Paris de bien gérer ses temps faibles. Remplacé par Herrera (76ème)

Danilo (6) : Moins en vue que ses compères du milieu, il a tout de m^meme fait parler son physique et son expérience des grandes confrontations.

Di Maria (7) : Le cerveau de l’attaque parisienne. Sa finesse et son sens de la passe sont un bijou pour l’équipe. Il fait un magnifique travaille pour offrir à Mbappé le but de la victoire. Des gestes techniques déroutants et une qualité technique sans égal dans ce match. Remplacé par Sarabia (90ème).

Icardi (6,5) : Mis à part son but, où il a lemérite d'être bien placé, il a globalement été transparent. Beaucoup de duel aériens perdus face à Maripan. Remplacé à la 72ème par Kean.