* Coppa Italia (ITA) *

Coppa Italia - Finale | Les notes de Naples - Juventus (0-0, tab 4-2)

Homme du match : Meret (7) :

Auteur d’une première intervention après 5 minutes de jeu seulement, le jeune gardien italien aura su repousser les frappes adverses avec du talent, mais aussi avec beaucoup de surtout de sûreté. Il sort le penalty de Dybala durant la séance de tir aux buts, donnant libre place à ses coéquipiers pour gagner cette coupe.

 

Naples (4-3-3) :

Meret (7) : Voir ci-dessus.

Rui (5) : Il a été très limite, par deux fois, en intervenant sur Ronaldo puis sur Dybala dans sa surface de réparation. Sorti à la 80e par son entraîneur afin d’être sûr que son joueur ne se prenne pas un second carton jaune, synonyme d’exclusion. Hysaj en profita pour faire son entrée en jeu.

Koulibaly (6,5) : Toujours aussi rugueux dans ses duels, le sénégalais a démontré à multiples reprises qu’il méritait sa place dans le Top 5 des meilleurs défenseurs du monde. Il a, entre autre, mis en échec Bentancur lorsque ce dernier tentait de se projeter.


Maksimović (5,5) : Comment qualifier le jeu du serbe ce soir ? Une multitude de dégagements, sans se poser de questions ! A défaut de vouloir entreprendre des mouvements dont il n’était pas sûr de réussir, il a préféré jouer, à juste titre, la simplicité en renvoyant le danger le plus loin de ses cages.

Di Lorenzo (5) : Il a été dans l’obligation de défendre assez bas sur le terrain, entre Ronaldo et les montées incessantes de Sandro, le latéral italien n’a pas eu le temps d’admirer les animations en tribunes !

Zielinski (5) : En manque d’impact physique, le polonais de 26 ans n’a pas eu les épaules assez larges pour retenir les moments de fort pressing exercé par les milieux de la Vieille Dame. Remplacé par Elmas à la 88e.


Demme (5) : Il a eu l’occasion de donner l’avantage à son équipe juste avant la mi-temps mais celui-ci heurta sur Buffon bien sur ses appuis. Défensivement, il a été dépassé sur quelques occasions mais sans préjudices.

Fabián (6) : Élément offensif le plus juste du côté des hommes de Gattuso, le numéro 8 a su poser le jeu et le redistribuer avec une aisance technique déconcertante. Remplacé par Allan à la 80e.

Insigne (5,5) : De belles prises d’initiatives en partant de son couloir gauche puis en repiquant dans l’axe, le meilleur buteur de cette édition de la Coppa Italia a été plus dangereux sur ses frappes de loin que celles dans la surface.

Mertens (4) : Assez peu trouvé par ses coéquipiers, le meilleur buteur de l’histoire du Napoli n’aura pas marqué ce soir ; la faute à une arrière-garde adverse particulièrement attentive aux déplacements du belge. Son remplacement en lieu et place par Milik à la 67e ne pouvait que faire du bien à l’attaque de son équipe.


Callejón (5) : Rarement en possession du ballon aux abords de la surface des Bianconeri, le numéro 7 de Naples n’a pas eu l’occasion de pouvoir se montrer offensivement. Il est remplacé à juste titre par Politano à la 66e.

 

Juventus (4-3-3) :

Buffon (6,5) : Sans avoir eu à forcer son talent, le champion du monde 2006 a assuré l’essentiel en préservant ses cages inviolées ce soir. Il a été bon sur la lecture des frappes lointaines. Le gardien de 42 ans s’illustre à la fin du temps réglementaire, juste avant la séance de tir aux buts, avec une double parade de classe mondiale !

Sandro (6,5) : Particulièrement bon dans le pressing, dans la récupération du ballon dans son propre camp ou celui de l’adversaire, le latéral brésilien a réalisé un match complet pour cette finale. Une performance à mettre en avant !

Bonucci (5,5) : Sacré Bonucci... changera-t-il un jour ? Espérons que non, car sa malice pour provoquer quelques fautes sur ses adversaires ralentit certes le jeu, mais trop peu de joueurs sont comme lui. Avec Ramos notamment, ils incarnent encore aujourd’hui le charme de la défense à l’ancienne : toujours garder un côté vicieux en soi !


De Ligt (5,5) : Solide défensivement, le défenseur central néerlandais a fait preuve d’une grande maturité en n’hésitant pas à tacler les attaquants du Napoli ; sans commettre de faute qui plus est.

Cuadrado (6,5) : Tout bonnement irréprochable sur cette rencontre ! Nous pourrions utiliser tous types de superlatif ce soir, mais retenons qu’il a été IN-FRAN-CHI-SSABLE ! Le colombien s’adapte de mieux en mieux à ce poste de latéral droit : quel coup de génie de Maurizio Sarri ! Sorti à la 85e, au profit d’Aaron Ramsey.

Matuidi (5) : Sans être étincelant, le joueur passé par le PSG est resté juste dans ses interventions et dans ses transmissions.

Pjanić (6) : Le bosniaque a été d’une grande aide au milieu de terrain tant la précision dans ses passes était proche de la perfection. En une ou deux touches de balle, il était capable de trouver ses coéquipiers les yeux fermés. Remplacé par Bernardeschi à la 74e.


Bentancur (5) : Attiré par l’attaque, l’international uruguayen a parfois délaissé le côté défensif dont profita Insigne pour tenter des contre-attaques... annihilées par Cuadrado.

Ronaldo (5) : Ce ne fut pas la meilleure finale disputée par CR7. Le quintuple Ballon d’Or a, par moment, trop voulu forcer le jeu en cherchant tant bien que mal à se mettre en position de frappe.

Dybala (4,5) : Sa concentration et sa réactivité durant le match lui ont servi à récupérer quelques ballons mal négociés par les napolitains. Il a été bon pour temporiser en attaque afin de faire remonter son bloc-équipe.

Costa (5,5) : Il a mené un rude combat face à Mario Rui qui aura été un adversaire coriace. Sa vitesse n’a pas suffi pour mettre en difficulté le défenseur portugais. Remplacé par Danilo à la 66e.

Romain Caballero.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer