Premier League – 17ème j. | Les notes de Man City – Everton (3-1)

Nous recrutons !
Vous souhaitez devenir rédacteur pour HdM et suivre l'équipe de votre choix ? Vous avez une bonne expression écrite, bonne orthographe, et êtes un passionné de foot ?
N'hésitez plus ! Rendez-vous ICI (le lien s'ouvrira dans un nouvel onglet)
Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Homme du match: Gabriel Jesus (7,5): Corcovadesque. Tout comme son deuxième but où celui-ci s’élève tout en haut du ciel de Manchester do Janeiro pour y disperser la grisaille des nuages (50′). Avant cela, une ouverture du score rédemptrice sur son premier duel face à Pickford (23′). Après cela, une avant-dernière passe initiatique au troisième but des skyblues (69′).Une résuscitation pour un joueur qui n’avait pas marqué depuis quatre mois en Premier League.

 

Les notes de Manchester City (4-3-3):

Ederson (5): Un but encaissé sur lequel il ne peut que constater les dégâts. Et sinon … et bien pas grand-chose à se mettre sous la dent. Il a eu néanmoins la chance d’assister au match gratuitement avec un bon angle de vue, nombreux sont les supporters qui auraient voulu obtenir sa place.

Walker (6): Un match à la Walker, agile et galopant, pas avare d’efforts. Bien que ses quelques maladresses défensives, le centre pour la réduction du score des Toffees intervenant de son côté, soient largement compensées par une activité offensive prépondérante et fondamentale dans l’utilité des latéraux dans le jeu de City.

Otamendi (6): Très peu mis en danger, Otamendi fut très solide dans le jeu aérien: toujours bien placé pour prendre le dessus face à Calvert-Lewin notamment sur les longues relances adverses.

Laporte (6): Si il fut au centre de l’attention médiatique cette semaine, dû au malaise avec Didier Deschamps et de ses non convocations en Equipe de France, rien ne semblait pouvoir déstabiliser la sérénité qu’a insufflé le basque lors de cette rencontre.

Delph (4,5): Un poil plus nerveux que ces coéquipiers de défense, en dénote son carton jaune pris en seconde mi-temps pour un excès d’engagement sur Calvert-Lewin. Ce même Lewin qui lui fait vivre un calvaire sur la réduction du score d’Everton: mal placé, c’est lui qui dévie malencontreusement de la tête le cuir au fond des filets.

Fernandinho (7): Surement le maillon essentiel de la philosophie de jeu de Pep Guardiola. Essentiel à la relance et au liant entre défense et attaque, sa position reculée et mobile au niveau du rond central lui a permis d’être toujours assez éloigné de Sigurdsson et Gomes, ce qui lui a laissé champ libre pour orienter dans absolument toutes les directions et dans le bon tempo le jeu mancunien. En prime, un centre joliment décisif pour la tête de Raheem Sterling. (69′).

Bernardo Silva (6): L’ancien monégasque a réalisé une bonne rencontre, sans que celle-ci soit sa meilleure non plus. Ont été notables son pressing hargneux, la qualité de ses petits appuis et celle de ses passes vers l’avant.

Gundogan (6,5): Peu à peu, l’international allemand retrouve sa forme physique et technique. Un match discipliné où son placement entre la ligne de 5 défensive et la ligne de 4 du milieu a gêné tout au long de la rencontre l’organisation tactique des Toffees, sans parler de sa vision et son orientation du jeu à la fois sobre et efficace.  S’il n’est pas encore dans le XI type de City, cet après-midi, il laisse ce message à Guardiola: « tu peux compter sur moi ».

Mahrez (5,5): Nominé cette semaine pour le titre de meilleur joueur africain de l’année, il fut cet après-midi peut-être le moins en vue de l’attaque. Sa copie rendue a correspondu aux attentes du talentueux Mahrez que l’on connaît, même quelques mauvais choix de passes dans le mauvais tempo viennent tacheter celle-ci. Une reprise de volée avant la pause qui aurait mérité plus. Remplacé par De Bruyne (74′).

Sané (7): Double buteur mercredi soir face à Hoffenheim en Ligue des Champions, le prodige allemand a récidivé par cette fois un doublé de passes décisives, deux fois pour Gabriel Jesus. Intenable, ses accélérations et ses changements de rythme ont été absolument fastidieux pour ses vis-à-vis. Remplacé par Sterling (67′).

Gabriel Jesus (7,5): voir ci-dessus. 

 

Les notes de Everton (5-4-1):

 

Pickford (5): Un gros embarras dans la relance au pied, dû à la pénurie de solutions proposées notamment par ses défenseurs. Ces mêmes coupables qui l’abandonnent à trois reprises sur les buts encaissés, sur lesquels il ne peut rien. Une parade décisive néanmoins sur une reprise de volée à bout portant de Mahrez (41′).

Digne (4,5): Egalisateur héroïque la semaine dernière face à Watford, l’ancien parisien a aujourd’hui montré des défaillances récurrentes sur son côté droit malgré une abnégation qui sort d’un lot bien apathique de Toffees. Si son centre est décisif sur l’unique but de son équipe, Digne fait encore preuve d’une trop candeur défensive, en atteste cette intervention illicite sur Mahrez (19′).

Zouma (5,5): Prêté par Chelsea, le français retrouve ses sensations d’antan, longtemps en dedans à la suite de sa grave blessure aux ligaments croisés du genou droit il y a presque de cela deux ans. Il est le seul des trois défenseurs centraux à avoir été pugnace tout au long de la rencontre.

Keane (4,5): En plus d’avoir échappé de peu à un CSC malheureux en première mi-temps, alors prémuni par Pickford, Keane fut fébrile, désorienté, reculé et sans grande solution face aux assauts fougueux des citizens.

Mina (3): A force de jouer long, ça finit par en tourner court. Sa relance pleine axe fut cruciale, City en profite pour ouvrir le score (23′). Et les deux buts suivants sont comble, ce sont deux joueurs mesurant 1m70 et 1m75 qui marquent de la tête dans la zone du colombien qui ne mesure pas moins de … 1m95. Pourtant la révélation de la Coupe du Monde 2018 au poste de défenseur central, Mina peine encore à faire l’unanimité du côté d’Everton dont les dirigeants ont mis la main au porte-monnaie pour un joueur peut-être un peu trop vite starifié.

Coleman (3,5): Le fidèle Toffee, bientôt 10 ans de loyaux services au club du comté de Merseyside, a semblé bien pusillanime cet après-midi. Bien qu’épaulé défensivement par Bernard, Coleman fut dans l’inaptitude de verrouiller un flanc droit décadenassé par Sané. Remplacé par Walcott (57′) qui fêtait son 500e match pro aujourd’hui.

Richarlison (4): Acheté pour la coquette somme de 45 millions d’euros cet été, il n’a pu s’aligner dans la continuité de ses performances précédentes. Trop peu servi et tout de suite ciblé par la défense des skyblues, le prodigieux brésilien s’en est vu refermer son génie dans sa lampe.

Sigurdsson (4): Où sont passées la vista et la dextérité balle au pied de Sigurdsson cet après-midi ? Un islandais bien trop frileux totalement dépassé par le cours des événements, très très loin de rivaliser face au milieu de City. Remplacé par Davies (81′).

André Gomes (3,5): Prêté par le FC Barcelone, il est avec son coéquipier de l’entre-jeu le premier responsable de cette faillite collective. Insuffisant à tous les niveaux, ne serait-ce que dans la combativité, les relances ou le placement.

Bernard (4): Dans la longue lignée des brésiliens passés au Chakthar Donetsk, tout comme son adversaire de l’après-midi, Fernandinho, Bernard à la tâche défensive pour colmater les brèches défensives côté Coleman, n’a pu s’exprimer offensivement. Remplacé par Lookman (57′).

Calvert-Lewin (5,5): L’attaquant de pointe espoir, a réalisé une première mi-temps aussi terne que le triste ciel mancunien. Esquivant un remplacement prématuré en début de seconde mi-temps, son entraîneur Marco Silva lui fait confiance et c’est ainsi que Calvert-Lewin entretient une lueur d’espoir éphémère en réduisant le score à 2-1 de la tête (le but sera t-il accordé à Delph contre son camp?). Il passe ensuite de peu d’inscrire le but du week-end sur une madjer acrobatique (82′).

 

 

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.