Accueil * Bundesliga (ALL) * Bundesliga – 28ème j. | Les notes de Bayern Munich – Dortmund...

Bundesliga – 28ème j. | Les notes de Bayern Munich – Dortmund (5-0)

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Homme du match: Lewandowski (8): Se reflète à travers ce match, amplement réussi, les qualités de l’attaquant, surement, le plus complet au monde. Un joueur qui presque se vivifierait avec l’âge, à en voir à 30 ans ses percussions, sa vitesse, sa qualité dos au jeu, sa conservation de balle, son intelligence. Doublé ce soir, presque une banalité. Le premier but survient à la suite d’une passe de Zagadou interceptée. Alors que l’on croit Bürki en avance, Robert se targue d’un petit sombrero sur le portier suisse, avant de réussir une volée loin d’être simple à réaliser, devant les cages vides: enchaînement supersonique. Le second, plus simple, met en lumière son placement, un appel parfait pour conclure à bout portant un centre de Gnabry. 200 et 201ème but en Bundesliga pour l’international polonais, les statistiques sont hallucinantes.

 

Les notes du Bayern Munich:

 

Neuer (5): Y avait-il vraiment besoin d’un gardien dans la cage bavaroise ce soir ? Neuer aurait presque regretté de ne pas avoir pu débuté le match en tant que second attaquant de pointe au côté de Lewandowski.

Alaba (6): Un peu d’imprécision sur un ou deux coups francs, mais mise à part cela, un bon match sans jamais avoir été mis en danger sur son côté.

Hummels (7,5): Ceux qui enterraient déjà Hummels après sa mise à l’écart de la sélection par Joachim Löw avaient tort. Certes, sa saison est en dent de scie, mais le roc allemand, à 30 ans, en a encore sous l’aile. Infranchissable, il est le premier scoreur d’une tête sur corner (pour ne pas changer), d’un match qui s’est révélé être un parcours de santé munichois. Premier but de la saison pour le défenseur, mais ô combien décisif.

Süle (7): Il confirme sur le match le plus important de la saison son indispensabilité dans la charnière de son équipe. Verrouillant les rares incursions en première mi-temps, il a pu profité d’une seconde mi-temps plutôt tranquille d’un match déjà plié.

Kimmich (6): Un apport offensif indéniable au profit d’une large ataraxie défensive laissée par Bruun Larsen.

Thiago (7): D’une grande finesse et qualité technique, Thiago Alcantara a mené tambour battant les siens vers un succès de rang déterminant. Passeur décisif sur corner à la 10′ pour Hummels, corners qui ont été admirablement frappés par l’espagnol.

Javi Martinez (7,5): Il est peut-être l’un des joueurs à son poste les plus sous-coté d’Europe. Mais c’est aussi de sa discrétion que l’espagnol tire sa force. Les stats ne mentent pas, 9ème victoire personnelle sur 9 matchs face à l’ennemi de la Ruhr, plus de deux points de moyenne cette saison pour le Bayern en sa présence, moins de deux en son absence. Un match plein, dans l’engagement, l’intelligence de jeu, en plus d’une délectation de frappe au 16 mètres pour le 3ème but de son équipe. Remplacé par Goretzka (77′).

Müller (6,5): On préfère le Thomas Müller de cette soirée à celui qui se cachait lors de la précédente Coupe du Monde. Dans son rôle habituel de mi-meneur mi-dézoneur, l’international allemand (ex-international ? on ne sait plus vraiment) a répondu présent avec en bonus un centre parfaitement astucieux pour le coup de casque de Gnabry à la 43′.

Coman (7): Certes, il n’a pas marqué et n’a pas réalisé de passes décisives, mais que son activité, ses courses, ses dribbles et ses passes efficaces furent inassouvissables. Remplacé à la 68′, sans doute touché aux ischios-jambiers, par El Kaiser Franck Ribéry !

Gnabry (6,5): Il marque le quatrième but de la tête à la 43′, son 8ème de la saison, sur un centre parfaitement astucieux de Müller. En seconde mi-temps, il se mue dans le rôle de passeur pour Lewandowski, pour enfoncer le clou. Match plein d’un joueur dont les supporters attendent parfois beaucoup plus de volume de jeu.

Lewandowski (8): voir ci-dessus. But 17′, difficile à mettre, renard sombrero reprise acrobatique. Pas loin du doublé deux minutes plus tard, puis sur une tête à la 38′

 

Les notes de Dortmund:

 

Bürki (5,5): Être gardien et être l’homme de son équipe alors que l’on a encaissé 5 buts, cela en dit long sur les notes qui vont suivre. 4 arrêts décisifs, dont certains très jolis, d’abord sur Lewandowski à la 19′ puis sur le corner qui s’en est suivi sur Müller. Avant de priver à la 31′ un doublé de Hummels sur corner à nouveau (bien trop peu marqué par ses défenseurs!). A nouveau sur Lewandowski 38′. Malgré cela, cinq buts encaissés, et une place de leader qui se dérobe, sale soirée pour lui et son équipe, qui voit peut être le titre lui glisser entre les doigts.

Diallo (3): Il fut en très grande souffrance tout au long de la rencontre face à Gnabry, en plus d’une relation avec Zagadou qui a été défaillante.

Zagadou (2): Une première mi-temps à mettre dans un côté de sa tête et espérer que sa mémoire sélective ne la trie. De sa passe totalement ratée qui profite à Lewandowski sur le but du break bavarois, de ses errements défensifs à son carton jaune obtenu à la 40′, dépassé une nouvelle fois par l’intenable polonais, tout est à jeter. Remplacé au retour des vestiaires par Weigl (5), qui a au moins eu le mérite de colmater la porosité de la défense des Schwarz-Gelben.

Akanji (2,5): Totalement dépassé par les événements. Lui qui s’affirme pourtant comme l’un des tous meilleurs défenseurs central en Bundesliga a fait un match indigent de sa personne. Pas dans l’impact, pas dans les duels, et s’arrêtant même sur quatrième but bavarois, pensant Gnabry hors-jeu.

Piszczek (3,5): 33 ans et ça s’en ressent dans les jambes quand en face se trouve le virevoltant Kingsley Coman. En partie fautif sur le premier but, mal placé, à l’instar d’un Varane en 2014, sur le corner conclu de la tête par Hummels. Remplacé à la 70′ par Wolf.

Witsel (4): L’expérimenté belge, a comme l’ensemble de son équipe, passé le plus clair de son temps à courrir derrière le ballon, l’intercepant seulement à de rares reprises. Un pilier bancal de ce milieu à trois, trop peu agressif sur le porteur du ballon: laisser de la liberté à un duo Martinez – Alcantara s’avère rarement être une bonne idée.

Dahoud (4): Son poteau trouvé en début de match aurait pu changer le scénario de la rencontre. Mais au-delà de cette action, Dahoud fut bien trop tendre et inconsistant pour tenir le milieu des jaunes et noirs. Remplacé à la 62′ par Götze.

Delaney (3): La blague facile aurait été de dire qu’il ne s’agissait pas de son match de l’année. Autant dire que cette sommation s’applique à l’ensemble de son équipe.

Brunn Larsen (3): On mettra cela sur le compte de l’âge, ou du fait que c’est dans le 11 du BVB, peut-être le nom le moins clinquant. Ce fut une faillite collective tout entière, Brunn Larsen est encore surement le dernier joueur de cette équipe à pouvoir sortir la tête de l’eau quand son équipe fait naufrage.

Sancho (3): La révélation européenne de la saison n’a pu assumer ce statut sur ce match hautement crucial. Positionné comme à son habitude ailier droit, il s’est mué en électron libre, à la fois dans l’axe, sur le côté gauche, mais finalement jamais là où on ne l’attendait, partout mais nulle part.

Reus (2,5): Invisible, je n’ai en mémoire une action satisfaisante de sa part, où peut-être devrais-je revisionner le match ? au risque de lui mettre encore moins …

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
Loading...