Groupe B – 2ème j. | Les notes de Allemagne – Chili (1-1)

Homme du match: A. Sánchez (7): De retour dans le onze titulaire, cela se sent immédiatement puisqu’il est le déclencheur de toutes les offensives chiliennes, et accessoirement l’auteur de l’ouverture du score dès la 5′ suite à une mauvaise relance de Mustafi. Difficile de choisir l’homme du match ce soir entre Draxler, Emre Can et lui, mais son but fera la différence.

Allemagne (3-4-3)

M-A. Ter Stegen (5.5): S’il ne peut rien sur la première frappe d’Alexis Sánchez (5′), il s’impose juste avant la pause face au Gunner en se détendant pour repousser la frappe au sol de ce dernier (44′). Beaucoup moins sollicité en seconde période.

M. Ginter (4): Souvent collé à la ligne de touche pour permettre à Kimmich de se projeter vers l’avant, il a davantage couvert ses coéquipiers plutôt qu’été réellement acteur de ce match. Défensivement opposé à Alexis Sánchez, il a été beaucoup trop lourd face à la vitesse et aux changements de caps du Gunner, qui lui ont fait souffrir le martyr.

S. Mustafi (3.5): Beaucoup trop d’erreurs de relance de sa part, notamment en première période, dont une qui entraîne une offensive express des Chiliens conclue par Alexis Sánchez (5′). Très peu rassurant dernièrement.

N. Süle (5.5): Un peu lourd sur les contres chiliens, le grand espoir allemand a souvent donné l’impression d’être pris dans son dos mais a toujours réussi à dévier finalement la trajectoire des ouvertures chiliennes.

J. Kimmich (6.5): Successeur de Philip Lahm sur c le côté droit de la défense allemande, le bavarois a été très dangereux dans ses transmissions ce soir, cherchant constamment à lancer ses attaquants dans la profondeur.

E. Can (7): Le maître du jeu allemand avec Draxler. Il a aimanté tous les ballons dans l’entrejeu et a toujours joué juste vers l’avant.

S. Rudy (6.5): Élément le plus axé sur la récupération côté allemand, qui a su user de sa force physique pour annihiler intelligemment beaucoup de contres chiliens. Pas maladroit techniquement non plus.

J. Hector (6): Il a fait entrevoir sa qualité de centre, notamment sur l’égalisation de Stindl (42′).

L. Goretzka (4.5): Beaucoup moins en vue que face à l’Australie, il a, à sa décharge, eu du mal à prendre ses aises à ce poste de milieu offensif/ailier droit assez inhabituel pour lui.

J. Draxler (7): Organisateur du jeu offensif allemand, le Parisien a toujours su trouver les bonnes passes dans le dos de la défense chilienne, sans beaucoup de succès toutefois.

L. Stindl (6): Très esseulé devant malgré son rôle de faux avant-centre, il est tout de même à la réception d’un centre tendu de Jonas Hector devant les six mètres adverses, qu’il envoie dans les buts de Johnny Herrera (42′).

Chili (4-1-2-1-2)

J. Herrera (6): Efficace sur sa ligne, ses carences aériennes n’ont pas été visibles ce soir. Match très correct.

M. Isla (5): Très offensif, l’ancien Marseillais n’a pas su conclure de manière dangereuse ses montées. Dommage. Il est également mal placé sur la passe d’Emre Can amenant l’égalisation allemande.

G. Medel (7): Le capitaine de la Roja a été excellent, comme souvent sous le maillot rouge, en se montrant intraitable au sol comme dans les airs, grâce à une détente insoupçonnée. Il est contraint de céder sa place sur blessure à vingt minutes du terme, au profit de Paulo Diaz (71′).

G. Jara (6.5): Lui aussi peu reprochable défensivement, il a essayé de relancer proprement, ce qu’il n’a pas toujours réussi à faire.

J. Beausejour (6.5): Une énorme progression technique mais aussi tactique pour l’ancien ailier reconverti latéral gauche, qui a démontré ce soir de grandes capacités défensives, en plus de son apport offensif habituel.

M. Díaz (5.5): Beaucoup plus en forme physiquement que lors de la dernière Copa América au cours de laquelle le poids des années semblait lui peser, il a été le premier relais de ses défenseurs centraux auxquels il a constamment proposé une solution de relance.

C. Aranguiz (5.5): Ses percées offensives ont souvent dérouté la défense adverse, mais ses transmissions n’ont globalement pas été à la hauteur ce soir. Remplacé par Francisco « El Gato » Silva (89′).

P. Hernández (6): Très sûr et intelligent techniquement, il n’a pas beaucoup porté le ballon mais a, au contraire, fluidifié le jeu par son jeu simple et efficace.

A. Vidal (7): Aligné derrière les deux attaquants, le Bavarois s’est démené sur toute la largeur du terrain, exerçant un énorme pressing sur la défense et le gardien adverse. Sa détente exceptionnelle lui a permis de se créer plusieurs occasions de la tête.

A. Sánchez (7): Voir ci-dessus.

E. Vargas (5.5): Le joueur des Tigres de Monterrey, très actif mais relativement peu trouvé dans la zone décisive, a néanmoins manqué de peu de doubler le score sur une frappe sèche qui s’écrase sur la barre transversale de Ter Stegen (19′). Cède sa place à Martin Rodriguez (81′).